Synthse (1945 / 2002)

 

 

1- Evolution dŽmographique (annexe 1, fig.1) :

 

  De 1945 ˆ 2002 cinq "gŽnŽrations" (1) se succdent  et se recoupent pour trois d'entre elles , si l'on prend pour base une espŽrance de vie moyenne de 70-76 ans pour les hommes et 80-83 ans pour les femmes.

  La gŽnŽration 1 (ceux qui ont participŽ ˆ la guerre de 14-18) atteindra la soixantaine en 1945-1955 et voteront jusque dans les annŽes 1956-1967 pour environ la moitiŽ de cette classe d'‰ge.

            La gŽnŽration 2 (nŽe pendant et juste aprs la guerre de 1914-18) votera, pour l'essentiel, de 1935 ˆ 1992. Elle sera prŽpondŽrante dans les annŽes d'aprs-guerre (de 1946 ˆ 1958). Elle correspond aussi ˆ des classes creuses, compensŽes par le vote des femmes en 1945 qui reprŽsentent la moitiŽ du corps Žlectoral. Elle votera jusque dans les annŽes 1985-1994, voire plus pour les femmes. Le nombre des dŽcs au cours de cette dernire pŽriode s'Žlve fortement (en moyenne 92 par an)

            La gŽnŽration 3 comporte deux phases correspondantes, pour la premire, ceux qui sont nŽs avant et pendant la guerre (de 1935 ˆ 1945) et ne voteront qu'ˆ partir de 1956. Elle a subi plus que connu l'Occupation et la IVe RŽpublique. Elle correspond Žgalement ˆ des classes creuses. La seconde correspond au "baby boom" consŽcutif au rŽapprovisionnement et aux amŽliorations de la vie au cours des annŽes 47-50, qui ouvrent la pŽriode dite des "Trente glorieuses". Elle intervient dans les Žlections ˆ partir des annŽes 68-74 et tout particulirement en 1981. A cette population de souche il convient d'ajouter dans le dŽpartement, plus qu'ˆ Banyuls, un nombre d'immigrŽs de nationalitŽ franaise ayant pour origine les pays du Maghreb et les enfants d'Žtrangers, pour la plupart catalans ou espagnols,  dont les parents n'ont pas toujours renoncŽ ˆ leur nationalitŽ d'origine (2). Cette gŽnŽration votera encore en grande partie jusqu'en 2002, compte tenu de l'allongement de la vie.

            La gŽnŽration 4 (nŽe dans les annŽes 1960-70) est post soixante-huitarde, mais comme l'‰ge de la majoritŽ a ŽtŽ abaissŽe ˆ 18 ans, elle commence ˆ voter ˆ partir de 1979 -1988. Le nombre des naissances est le plus ŽlevŽ entre 1960 et 1970 (en moyenne 61 par an), alors que les dŽcs correspondent ˆ une moyenne annuelle de 60 par an.

            La gŽnŽration 5 (nŽe a partir de 1980-83) ne commencera ˆ voter qu'ˆ partir de 1999-2002.

Seule l'Žlaboration d'une pyramide des ‰ges pourrait prŽciser les frŽquences de chaque classe d'‰ge tout au long de la pŽriode considŽrŽe.

            L'examen du graphique de l'Žvolution numŽrique des inscrits rŽvle en 1956 une rupture de pente qui traduit bien l'arrivŽe de la G3; le second point de rupture, plus faible que le prŽcŽdent en raison de l'Žtalement du "baby boom" et de la disparition progressive de la G1, correspond ˆ l'annŽe 1962. La G4  a un effet moins marquŽ sur la courbe du fait d'un fort accroissement des dŽcs entre 1967 et 1971 (de 60 ˆ 80 par an, contre 50 ˆ 60 auparavant), disparition de la G1, classe creuse de la G3, scolaritŽ qui Žloigne les jeunes.

            La reprise de 1975 ˆ 1978 traduit davantage une immigration, soit de retraitŽs qui rentrent dans leur village d'origine, soit en relation avec le dŽveloppement de nouvelles constructions.

            L'influence de la G4 ne peut se rŽvŽler qu'ˆ partir de 1984-1988, or la rupture de pente est trs forte en 1984-1985 o le nombre des inscrits cro”t brutalement ce qui ne peut correspondre qu'ˆ un afflux de population (sinon de procurations) en relation avec le dŽveloppement de rŽsidences secondaires. Co•ncidence avec les Žlections municipales de 1983 et cantonales de 1985.

            Par la suite, de 1989 ˆ 2002, les fluctuations du nombre des inscrits sont beaucoup plus fluctuantes qu'auparavant, dues ˆ de nouveaux immigrants et au dŽpart d'un certain nombre de jeunes qui ne peuvent conserver leur inscription sur les listes Žlectorales de leur commune d'origine (compte tenu de la loi sur la domiciliation); les dŽsinscriptions compensant juste les inscriptions nouvelles qui se manifestent principalement lors des municipales plus attractives (1989, 1995). En 2001 le vote des ressortissants de l'Union europŽenne explique l'accroissement observŽ. A partir de 1992 le nombre des inscrits stagne ˆ 3831 (en moyenne) en relation avec un nombre ŽlevŽ de dŽcs (96/an) correspondant ˆ l'extinction de la gŽnŽration 2. Durant la pŽriode de 1973 ˆ 1983 le nombre des naissances est faible, en moyenne 34 par an, se maintenant par la suite ˆ cette valeur (3).

 

Notes annexes :

(1) Le mode de reproduction dans l'espce humaine Žtant continu on ne peut valablement parler de gŽnŽration qui suppose des discontinuitŽs marquŽes. Tout au plus peut-on Žvoquer le terme de cohorte, groupes d'individus ˆ taux de naissances ŽlevŽs ou/et ˆ taux de mortalitŽs faibles, correspondant ˆ des pŽriodes particulires comme les pŽriodes d'aprs-guerre (en l'occurrence 1918-20, 1946-47) ou Žconomiquement favorables (1956-69). Voir concernant cette notion les ouvrages de Guillaume SAINTENY: L'introuvable Žcologisme franais. Edit. PUF (2000); et Jean-Franois SIRINELLI: Les baby-boomers. Une gŽnŽration 1945-1969. Edit. Fayard (2003).

(2): Cf. Daniel Noin & Yves ChauvirŽ: La population de la France. Edit. Masson/ Armand Colin (4 me Ždit, 1995)

(3) Si le dŽnombrement annuel des dŽcs est exact, il n'en est pas de mme de celui des naissances ˆ partir des annŽes 1980 (la plupart des naissances ayant lieu ˆ Perpignan, la Mairie de Banyuls ne dispose que d'une partie  des dŽclarations, environ les 2/3). Seul l'INSEE dispose des donnŽes exactes et commentŽes. Ainsi les donnŽes fournies dans le tableau annuel des naissances sont sous-estimŽes. Au 8 mars 1999 la population de Banyuls est de 4532 habitants pour 3774 inscrits sur les listes Žlectorales. (mes remerciements ˆ Marie-Pierre CHéLE pour ses prŽcieuses remarques dans ce domaine).

 

 


Fig.1 : Evolution du nombre des inscrits et dŽmographique ˆ Banyuls sur mer.

 

 

<-Retour-Suite->