52 - Municipales du 12 mars 1989

 

 

L'entrŽe dans le gouvernement de M. ROCARD de ministres ayant appartenu ˆ l'UDF, ainsi qu'ˆ la sociŽtŽ dite civile, est considŽrŽe comme une mini-ouverture politique. Les centristes (CDS) auraient souhaitŽ nŽgocier un vŽritable programme de lŽgislature, mais demeurent, ˆ dŽfaut,  dans une opposition non systŽmatique.

Le PCF critique cette ouverture, et n'estime pas faire partie de la majoritŽ prŽsidentielle. Leur soutien aux projets gouvernementaux se fera cas par cas.

Le PS ne disposant pas ˆ lui seul de majoritŽ parlementaire, les projets gouvernementaux seront soutenus alternativement, ou conjointement, par le PCF et le CDS. 

En octobre les infirmires des h™pitaux publics forment des comitŽs de coordination qui dŽbordent largement les syndicats. Outre une revalorisation des salaires, les problmes statutaires sont envisagŽs notamment vis-ˆ-vis des autres pays de la CEE. La grve qui dure un mois recueille la sympathie du public, celle de l'opposition de droite, et la comprŽhension de . . . MITTERRAND.

En dŽcembre la grve des transports publics ˆ Paris (moins populaire) oppose la CGT au gouvernement.

Une motion de censure dŽposŽe par le RPR n'est  signŽe ni par le PCF ni par les centristes.

Le 12 janvier, un accord Žlectoral est conclu ˆ gauche (non sans restriction mentale) pour les municipales. Le PS considre que les listes doivent intŽgrer les centristes qui se sont ralliŽs ˆ la majoritŽ prŽsidentielle et que l'on doit tenir compte du nouveau rapport de force dŽcoulant des Žlections de 1988. Pour le PCF c'est la rŽfŽrence ˆ 1983 qui prime, et non la notion de majoritŽ prŽsidentielle ˆ laquelle il n'appartient pas.

La constitution des listes est pour le moins laborieuse (mais la survie impose quelques sacrifices). Diverses "bavures" appara”tront aussi bien ˆ gauche (cas R. VIGOUROUX ˆ Marseille) qu'ˆ droite (cas M. NOIR ˆ Lyon), comme au Mans et ˆ Orly o les maires sont exclus du PCF.

Deux "affaires" d'inŽgale gravitŽ Žclatent. L'une concerne le rachat par la sociŽtŽ PŽchiney d'une sociŽtŽ amŽricaine (American Can) donnant lieu ˆ un dŽlit d'initiŽ (spŽculation boursire ˆ partir d'indiscrŽtions sur des augmentations d'actions: actions "triangles"). La fuite provenait de l'entourage de MITTERRAND. L'autre concerne la SociŽtŽ GŽnŽrale et le r™le de la Caisse des dŽp™ts afin de briser le monopole exercŽ au sein de la sociŽtŽ par des hommes mis en place sous le gouvernement CHIRAC par son ministre des finances BALLADUR.

Deux salaires Žtonneront les non-initiŽs: ceux de C. OCKRENT (ˆ Antenne 2, cha”ne nationale et non privatisŽe), et du chef d'orchestre du nouvel OpŽra populaire de la Bastille qui dŽmissionne, estimant son salaire annuel de 7 millions de francs (nouveaux naturellement) insuffisant.

La prŽ-campagne ˆ Banyuls :

 

A l'H™tel de ville, Jean RéDE, ˆ l'occasion des vÏux et de l'inauguration d'une exposition (RŽtrospective de l'Žvolution de la commune de 1945 ˆ nos jours), retrace l'action du conseil municipal durant son mandat. Un hommage particulier sera rendu ˆ Dina VIERNY, lŽgataire des Ïuvres du grand sculpteur Aristide MAILLOL (1).

Les rŽalisations sont impressionnantes et sans augmentations des imp™ts locaux et de la taxe professionnelle, gr‰ce ˆ l'action du conseiller gŽnŽral qu'est le maire (Bulletins municipaux n¡ 9 et 10).

Certains s'inquitent cependant de l'endettement de la commune ˆ plus long terme, de la multiplication des constructions, de l'intervention du maire dans la gestion du centre HŽliomarin (la dŽmission de P. BAILLE, 1er adjoint est dans les mŽmoires).

Une liste de large ouverture cherche ˆ se constituer sous les auspices de F. SURƒDA (PS) et M. LESCASTREYRE (sans Žtiquette, chef d'une entreprise agroalimentaire ˆ Bages). Mais faute d'une entente sur la tte de liste et la rŽpartition du nombre de colistiers, ce dernier se retire.

Dans ces conditions y aura-t-il une troisime liste? Paul GARIDOU malgrŽ ses critiques n'apporte pas de rŽponse dans un bulletin (n¡5- "Et Banyuls refleurira") . Le scrutin de liste oblige de trouver 27 volontaires . . . ou  kamikazes !

Une liste fŽminine tente de se constituer, et recueille trs rapidement la moitiŽ des signatures requises, le titre en sera "la FAM" (liste fŽminine d'action municipale), mais sa tte de liste renoncera sous l'amicale pression de l'un des ttes de liste. Notons que l'idŽe est dans l'air du temps puisque cinq listes de ce type se maintiendront en mŽtropole.

La liste SURƒDA comprendra des socialistes, quelques communistes, et presque autant de sans-Žtiquette mais de tendance de gauche.

 

L'argumentaire de la campagne au fond, et en simplifiant ˆ l'extrme, ne peut porter que sur la poursuite de rŽalisations (b‰tir et accueillir en vue du grand marchŽ europŽen de 1992, s'ouvrir ˆ la compŽtition), ou cro”tre avec mesure  afin de protŽger le tissu social existant et le contribuable. Limiter les constructions dans Banyuls mme, compte tenu de l'infrastructure routire et de l'Žtat sanitaire de la plage. Enfin certains dŽnoncent un certain arbitraire ("Grain de sable" n¡6, Septembre 1988; "Le Midi libre" du 22 janvier 1989: article de P. BOUSQUET, conseiller de RéDE, qui a  dŽmissionnŽ).

Dans le microcosme politique local, on entend des propos peu amnes de la part de responsables du PR, et d'autres.

Les rŽunions  publiques et les professions de foi devraient rŽpondre ˆ un certain nombre d'interrogations.

 

Prospective :

 

Peut-on se risquer ˆ une simulation de vote, exercice pŽrilleux ˆ un mois et demi du vote? A la dŽduction froide des chiffres tirŽs des donnŽes antŽrieures, s'opposent des ŽlŽments nouveaux et nŽcessaires pour fonder l'apprŽciation la plus juste:

- les personnes allochtones de plus en plus nombreuses (comme le rŽvle les courbes dŽmographiques et des inscrits).

- l'apparition des jeunes Žlecteurs de la 2 me gŽnŽration (post-1968) plus libres de leur choix que les gŽnŽrations prŽcŽdentes.

- les modifications du POS (plan d'occupation des sols), et les achats de terrains en vue de lotissements. Les permis de construire ou de modifications.

- les interventions diverses du maire concernant les demandes de particuliers ou d'associations (voirie, subventions, emplois municipaux, etc...).

Un premier dŽbat portera sur la validitŽ des inscrits, et nul doute que chaque responsable de liste jouera du...microscope, et si besoin de la commission administrative.

Certes le pouvoir fait des mŽcontents, mais aussi des reconnaissants qui, au-delˆ des clivages politiques, changeront leur vote prŽcŽdent.

HervŽ GERMA a bien indiquŽ dans son mŽmoire la particularitŽ de l'Žlection municipale, et, de mme, il est nŽcessaire de considŽrer chaque Žlection du mme type.

Si l'on se fonde sur 3730  (ˆ corriger en fŽvrier) on peut dŽduire des prŽcŽdentes municipales un taux d'abstention de 16 ˆ 19%: soit pour16% = 600 et pour 19% = 708.

Les votes blancs ou nuls de 120 ˆ 150 (moyenne: 135 )

Soit: 3022 ˆ 3130 votants et de 2887 ˆ 2995 S.E.

 

 

Liste SURƒDA: 1212 ˆ 1350

Liste GARIDOU (?): 300 ˆ 350

Liste RéDE: 1262 ˆ 1400

 

Il y aurait alors un second tour puisque aucune liste n'obtient la majoritŽ absolue. Au second tout laisse supposer un maximum de report de la liste GARIDOU sur la liste de RéDE (au moins les 4/5 mes).

 

Si 2 listes sont en prŽsence on peut supposer un nombre de votes blancs ou nuls un peu supŽrieur ˆ celui estimŽ prŽcŽdemment: soit environ 245. Les suffrages exprimŽs seraient alors de 2797 ˆ 2905.

  Liste SURƒDA: 1260 ˆ 1400

  Liste RéDE:       1312 ˆ 1450

 

On constate un Žcart faible entre les 2 listes (de 50 ˆ 100 voix), mais la tendance est dans tous les cas en faveur de RéDE, et avant l'ouverture de la campagne l'Žcart tend encore ˆ s'accro”tre comme me le confirmera Jean SAGOLS sur le front de mer.

 

La campagne Žlectorale :

 

Elle dŽbute rŽellement le dimanche 5 fŽvrier par la distribution au marchŽ d'un dŽpliant photo de la liste  "Banyuls pour tous", conduite par Francis SURƒDA. Des tracts diffusŽs dans les bo”tes prŽciseront la personnalitŽ du candidat et la composition de la liste. "L'IndŽpendant" (10/2) publiera l'intŽgralitŽ du texte et prŽcisera la composition politique de la liste. Si celle-ci comprend 10 socialistes, 4 communistes et 13 personnes sans Žtiquette, elle ne se rŽfre ni ˆ l'union de la gauche, ni ˆ la majoritŽ prŽsidentielle.

Par comparaison avec la liste de 1983 l'Žvolution est caractŽristique puisque 14 personnes sur 27 sont nouvelles, dont les trois ttes de liste, et seulement trois ont ŽtŽ conseillers sous le mandat de RenŽ RIBéRE.

Il appara”t ˆ l'Žvidence que c'est faire un procs d'intention ˆ cette liste d'Žvoquer le spectre "du dŽclin et de l'immobilisme" (tract de J. RéDE du 10 mars). Argument d'ailleurs contestable si l'on se rŽfre au bulletin municipal (Marenda-Information de fŽvrier 1983), et au fait trs important que de nouvelles lois, dues ˆ la dŽcentralisation, ont accru les pouvoirs des maires (Lois Defferre du gouvernement socialiste). De plus, soyons justes, on ne peut comparer que ce qui est comparable, et tout laisse supposer qu'aprs rŽŽlection de R. RIBéRE en 1983, diverses rŽalisations auraient eu lieu au cours de six annŽes de mandat !

A un d”ner dansant tenu salle Novelty qui regroupe les sympathisants de la liste SURƒDA, fait suite un dŽjeuner-dŽbat (avec de  dŽlicieuses boles de picoulat) organisŽ par Jean RéDE.

Devant une trs nombreuse assistance (environ 600 personnes), M. CHABBAL (directeur administratif du Centre HŽliomarin) fait Žtat du r™le du maire dans le "sauvetage" du Centre alors condamnŽ ˆ la fermeture (ou pour le moins en difficultŽ). J. RéDE rŽpond ˆ diverses questions posŽes anonymement par les convives, puis fait un long discours bilan sur son action. On note ses propos concernant son soutien envers l'Žquipe qui l'a entourŽ et une mention particulire pour le secrŽtaire gŽnŽral de mairie (Mr PAGéS).

Il reprochera ˆ la liste adverse, par un amalgame aisŽ,  certains articles ("Grain de sable") ˆ la limite de la diffamation, mais parus bien avant sa constitution. Il souligne que les documents financiers communaux ont toujours ŽtŽ ˆ la disposition des conseillers de l'opposition. Petite pointe humoristique en direction de la liste adverse et du laboratoire Arago, il prŽcise que "les enseignants doivent enseigner et les chercheurs chercher" (ce qui laisserait supposer que la gestion municipale doit tre rŽservŽe ˆ une catŽgorie particulire de citoyens gŽnŽtiquement prŽdestinŽs!).

Concernant l'endettement de la commune, le maire souligne l'importance que reprŽsente son Žlection au Conseil gŽnŽral, les subventions obtenues et les autofinancements (loyers de la Poste, de la future Gendarmerie). Enfin sa trs grande disponibilitŽ vis-ˆ-vis de ces concitoyens ainsi que son travail incessant ˆ la mairie (ce que nul ne lui conteste).

Ce discours, particulirement tonique et bien prŽparŽ, est suivi d'une Marseillaise interprŽtŽe ˆ la trompette, relayŽ par une assistance enthousiaste.

La campagne est en rŽalitŽ prŽparŽe par le maire sortant de longue date, notamment par l'inauguration de la rŽtrospective de Banyuls de 1945 ˆ nos jours, lors de la prŽsentation des vÏux (20 janvier). L'exposition photographique, rŽalisŽe par Florian DE LA COMBLE, met en exergue le Banyuls ancien et les rŽalisations depuis 1983. De trs intŽressantes photos rappellent certains aspects de l'histoire banyulencque. La disproportion entre l'avant et l'aprs 1983 me sera rapportŽe par deux visiteuses (non de Banyuls), comme l'absence de toute indication concernant le Laboratoire Arago (faut-il y voir une rancune concernant l'Žchec d'une tentative d'expropriation d'un terrain appartenant ˆ l'ƒtat, ou/et le fait que des conseillers de l'opposition ont un emploi dans cet organisme, mais naturellement ne le reprŽsentent nullement auprs de la municipalitŽ. Le directeur, dŽlŽguŽ par son administration de tutelle est le seul interlocuteur).

La liste conduite par Jean RéDE: "Banyuls-sur-mer. . . Demain l'Enjeu", comprend 16 prŽsents de la liste de 1983, et 11 nouveaux (dont un revenant: Guy BARNADES, conseiller de 1977 ˆ 1983).

L'accent est mis sur l'ŽchŽance europŽenne et cinq secteurs de rŽalisations. Les crŽations d'emplois y sont particulirement soulignŽes.

Pour la liste adverse, la campagne se poursuit par une sŽrie de rŽunions ciblŽes: viticulture, artisanat, problmes relatifs au Centre HŽliomarin.

A quinze jours du vote, le maire sortant ne doit gure avoir de craintes quant au rŽsultat final, mme si ses conseillers paraissent plus crispŽs.  L'Žcart entre les deux listes demeure la seule inconnue.

Peu d'articles dans la presse locale comme l'on en a connu par le passŽ, sinon celui du 5 mars paru dans "L'IndŽpendant", et qui reflte assez correctement la campagne.

             

La bataille des tracts :

 

Le 27 fŽvrier, un comitŽ de soutien ˆ la liste SURƒDA est diffusŽ. Il se caractŽrise par le fait qu'aucun de ses membres n'est politiquement engagŽ et n'a par le passŽ jamais soutenu une liste dite de gauche. Cet ŽvŽnement confirme l'opposition de certaines personnes trs banyulenques au plan de dŽveloppement immobilier du maire comme ˆ certains comportements (voir par exemple "L'IndŽpendant" du 22 janvier).

Il rŽvle qu'une fraction de l'Žlectorat politiquement plus proche de la sensibilitŽ de la liste constituŽe par le maire est entrŽe  en dissidence comme le firent quatre conseillers de sa liste en cours de mandat (dont son 1er adjoint) qui dŽmissionnrent.

Si le rŽsultat est assurŽ, le nombre de bulletins blancs, gŽnŽralement faible, peut tre en augmentation sensible.

La rŽaction du maire sortant (tract: "Moralement inacceptable, oui mais pour qui") traduit une irritation qui peut appara”tre disproportionnŽe par rapport ˆ la teneur des propos Žmis par les membres de ce comitŽ de soutien (document personnel de l'A.).

Quoi qu'il en soit une nouvelle liste de soutiens ˆ SURƒDA sera publiŽe et des rŽponses faites par les intŽressŽs, et d'anciens marins soutiendront Albert SAGOLS (alors qu'aucune acrimonie n'avait ŽtŽ manifestŽe concernant la prŽsence de deux membres du bureau de cette association sur la liste du maire: Y. BERTA et G. BARNADES !).

Ë la suite de cet incident, J. RéDE ouvrira une permanence rue Saint Pierre afin de recueillir les signatures d'un comitŽ de soutien qui ne sera pas rendu public.

Cette bataille de tracts, probablement inutile, constituera le seul ŽvŽnement regrettable de cette campagne. Elle aura pourtant comme consŽquence de dŽcupler le prosŽlytisme du maire auprs de cet Žlectorat contestataire, et de ramener certaines des brebis ŽgarŽes.

A partir de lˆ, le "triomphalisme" ne sera pas de mise (tactique feinte, ou crainte rŽelle d'un score serrŽ entretenu par certains milieux perpignanais?), tandis qu'un travail efficace sera entrepris (auprs des jeunes Žlecteurs de la nouvelle gŽnŽration post-68, le personnel du Centre  HŽliomarin, etc.).

Naturellement en cas de score trs serrŽ, il y a tout lieu de supposer qu'il y aurait un recours en annulation, mais cela est vrai quel que soit le gagnant. Au surplus la rŽglementation nouvelle des signatures lors du vote limite les possibilitŽs de contestation. Il faudrait donc un score particulirement ŽtriquŽ  qui n'apparaissait pas avant la bataille des tracts.

On comprend certes que J. RéDE ait tout fait afin d'Žviter le risque d'un second tour, et a fortiori  la dŽsignation d'un administrateur provisoire qui aurait peut-tre ŽtŽ nŽcessaire connaissant le tempŽrament banyulenc!

Le dŽlit d'amitiŽ, comme le sens de l'humour, sont des vertus parfois mal comprises par nos concitoyens.  Qu'il me soit permis d'Žvoquer ici cette petite anecdote puisque j'en suis directement la cause. J'avais tenu des propos (d'un gožt certes douteux) concernant le nouveau monument aux morts de l'”le petite. Sans doute la seule Ïuvre du sculpteur qui ne m'enthousiasme pas. Peu de jours aprs mes propos (doublement sacrilges: pour les morts et pour Aristide Maillol), une dame ŽpouvantŽe que je ne connais pas, les rapportait, horrifiŽe, ˆ Yvon BERTA.

             

 

Les rŽunions publiques et contradictoires :

 

Le jeudi 9 mars se tient ˆ Novelty la rŽunion de la liste SURƒDA devant une salle pleine, balcon compris. A la tribune une partie des membres de la liste. Pas de banderoles sinon des affiches "Banyuls pour tous".

F. SURƒDA prendra la parole, tirant le bilan de ses diverses rŽunions et exposant un programme de rŽalisations. Il propose un autre mode de recrutement des patients pour le Centre HŽliomarin avec l'appui de mŽdecins et suivant les conseils de la tutelle (notamment dans le domaine de la cardiologie. Il dissipera les inquiŽtudes du personnel (tract "bruits et chuchotements") affirmant sa volontŽ de soutenir cette entreprise importante dans la vie de la commune. [Certains ont en mŽmoire le r™le qu'aurait jouŽ le personnel du Centre lors des municipales de 1983].

Il insiste sur le fait qu'il fera appel aux experts qui veulent bien lui apporter leur aide au sein de commissions extra-municipales.

Plusieurs intervenants prennent ensuite la parole :

M. BARTOLI (ancien instituteur en AlgŽrie) demandera au candidat maire de rŽpondre, par oui ou par non, s'il est pour la peine de mort. Les remous dans le  public traduiront le fait que la question est jugŽe dŽplacŽe pour des municipales. On peut aussi penser que la question n'a d'autre but que de mettre le candidat en difficultŽ compte tenu des positions du PS auquel il appartient, mais dont il n'est nullement fait rŽfŽrence au cours de la campagne. [La composition de la liste et certains appuis extŽrieurs, comme le programme, ne permettent pas de considŽrer cette liste comme d'union de la gauche, au mieux de dŽmocrate-socialiste, avec participation du PCF.(N. de l'a.)].

M. GEROME (vŽtŽrinaire en retraite, dŽlŽguŽ du FN lors du scrutin) aborde le problme des chiens errants et des chats, puis des considŽrations fort intŽressantes sur la leishmaniose et le SIDA. ƒtonnement pour ceux qui le connaissent qu'aucun aspect plus politique ne soit abordŽ!  SURƒDA lui proposera d'tre l'un de ses experts.

M. A. BUGAREL (marin au laboratoire Arago) Žvoque le problme de la RŽserve marine et dŽclare  voter pour RéDE .

M. J.-M. AMOUROUX (chercheur au Laboratoire Arago) se demande pourquoi certains candidats sont absents ˆ la tribune et politise le dŽbat en Žvoquant le cas des poupŽes Bella, de l'usine de Paulilles, pour en arriver ˆ l'action de l'Žquipe RIBéRE dans le cas du Centre HŽliomarin. Francis LLAMBRICH intervient comme Philippe ALBERT, le premier pour s'honorer d'avoir appartenu ˆ cette liste [malgrŽ sa dŽmission. N. de l'a.], et le second pour lui avoir prtŽ beaucoup plus de pouvoir qu'il n'en avait (lois de dŽcentralisations non encore dŽfinitivement en place: N. de l'a.)

Une nouvelle remarque, concernant le graphique paru dans un tract prŽtendument fait par un de mes collgues du labo, sera considŽrŽe par le public comme de mauvais gožt. [La mise en cause de J.-P. LABAT est de plus inexacte. N. de l'a.]. Les droites de ce graphique montrent que le nombre des inscrits (3795 en mars) tend ˆ cro”tre plus fortement, voire ultŽrieurement ˆ dŽpasser le nombre des habitants (4986). Or il est clair, ˆ partir du bilan dŽmographique, que depuis 1970 le taux des naissances diminue alors que celui des dŽcs augmente. Le vieillissement de la population rŽsidante s'accro”t comme il est aisŽ de le vŽrifier ˆ partir de l'examen de la pyramide des ‰ges (document en mairie).

Le vote des Žlecteurs disposant d'une rŽsidence secondaire ˆ Banyuls, ou de personnes n'y rŽsidant pas, mais y conservant des attaches familiales, constitue une question plus dŽlicate ˆ dŽbattre, mais de toute faon lŽgislative. Certains "vieux Banyulencs" estiment que l'Žlection sera faite par des "estrangers". Ce cas n'est pas particulier ˆ Banyuls mais valable pour toutes les communes ˆ caractre touristique. Le nombre des abstentions chroniques, gŽnŽralement toujours supŽrieur ˆ Banyuls par rapport au reste de la mŽtropole, traduit cette situation. Ces abstentions par "Žloignement" constituent un "potentiel de voix" qu'il est naturellement plus aisŽ de mobiliser ˆ l'occasion des municipales pourvu que l'on s'en donne la peine. Tout laisse supposer que cet aspect n'a pas ŽchappŽ au maire sortant, et que les procurations suscitŽes lui seront dans l'ensemble favorables.

Le maire ne peut ni ne doit se dŽsintŽresser de l'accueil, au sens large, dans sa commune (votant ou pas et y rŽsidant plus ou moins longuement). Certains Banyulencs s'inquitent ˆ juste titre, et sans tomber dans un malthusianisme de mauvais aloi, d'un dŽsŽquilibre irrŽversible compte tenu des contraintes de l'environnement. La paralysie des mois de juillet et d'aožt, l'Žtat sanitaire de la plage et les risques conflictuels avec ceux qui poursuivent leurs activitŽs professionnelles en ŽtŽ, sont des sujets de rŽflexions. Naturellement rien n'est irrŽversible sinon le cožt ˆ payer qui retombe inŽvitablement sur l'ensemble de la collectivitŽ, mme si dans certains cas (parkings par exemple) il peut y avoir un autofinancement. La poussŽe des Žcologistes traduit bien ce malaise comme on ne manquera pas de le constater lors des Žlections de juin.

M. Jean-Michel AMOUROUX intervient encore sur la question d'un emplacement de pompage, ce qui lui vaudra une rŽplique du gŽnŽral GOUBARD (ancien prŽsident du SIVOM), l'ensemble de ses propos seront contestŽs par Jacques SOYER (directeur du Laboratoire Arago).

La rŽunion est suivie comme il se doit par ... un verre de banyuls.

 

Le vendredi 10 mars a lieu dans la mme salle la rŽunion de J. RéDE. Sa nouvelle Žquipe est prŽsente au complet sur l'estrade.

En prŽlude, le colonel DE LA COMBLE prŽside la sŽance. Derrire un pupitre drapŽ de bleu,blanc,rouge (est-ce lŽgal?), il souligne la prŽsence du gŽnŽral GOUBARD et prononce un discours remarquŽ (archives de l'auteur).

J. RéDE prendra seul la parole pour rappeler son bilan. D'un ton mesurŽ, tranchant avec le style adoptŽ lors du repas du 26 fŽvrier, il souligne une fois de plus la mise ˆ la disposition des conseillers de l'opposition des comptes de la commune et s'attristera des attaques et des procs d'intention dont il a ŽtŽ l'objet. Il reproche l'intitulŽ de la liste adverse qui laisserait ˆ penser que la sienne n'est "ni honnte, ni dynamique, ni pour tous les Banyulencs! Il rappelle que les imp™ts locaux n'ont pas augmentŽ plus que le cožt de la vie (estimŽ ˆ 3% par an), et qu'il a pu obtenir de nombreuses subventions ˆ faible taux gr‰ce ˆ son Žlection au Conseil gŽnŽral. Le fait Žgalement qu'au cours de son mandat il a eu ˆ faire face ˆ trois flŽaux naturels graves (inondation et incendies).

En fin de discours, il s'insurge contre un tract diffusŽ le soir mme ("VŽritŽ sur les finances locales"), et souligne les efforts de la municipalitŽ pour les enfants scolarisŽs (classes de neige, etc.). Il s'indigne qu'un tel graphique provienne ...d'enseignants !  [graphique en effet fort maladroit ou peu comprŽhensible. N. de l'a.].

Premier intervenant M. GEROME reparlera avec la mme conviction des É chats et des chiens.

Jean-Michel AMOUROUX posera la question du cožt du bulletin municipal, tandis que Jean LECOMTE (du Laboratoire Arago), bien connu des Banyulencs, du moins par sa maison surnommŽ la maison des "Stroumpfs") souligne le parallŽlisme entre le programme du maire et celui de ses opposants, demandant "qui copie sur qui ?" et en suggŽrant naturellement la rŽponse.

La rŽunion qui s'est tenue devant une salle comble et surchauffŽe (uniquement par la tempŽrature) se termine dans un grand calme.

             

Dimanche 12 Mars :

 

Affluence et longue attente ˆ l'H™tel de ville. A l'extŽrieur des candidats de la liste SURƒDA, ˆ l'intŽrieur J. RéDE et des colistiers.

Le fait de signer, pour la premire fois, le registre Žlectoral, ralentit considŽrablement le dŽbit et occasionne quelque gne pour les personnes ‰gŽes. Pourtant ˆ 18 heures le scrutin est dŽclarŽ clos. Affluence record  dans la mairie.

A la table o je me trouve la cause est entendue ds la premire centaine avec 58 bulletins RéDE, 39 SURƒDA et 3 nuls. Mon unique surprise vient de ce faible nombre de bulletins blancs (enveloppe vide et bulletins avec les 2 listes mlŽes (sans doute des nostalgiques du panachage qui correspondrait mieux ˆ des communes de moins de 5000 inscrits), mme chose ˆ la table voisine, comme pour la deuxime centaine.

RŽsultats :

                             Banyuls                                MŽtropole

Inscrits:              3795 (+457 / 1983)                 37.375.549

Abstentions:         566 (14,9%  )                        (27,18%)

Votants:             3229 (85,09%)                        (72,81%)

Blancs:                   82 (  2,54%)                        (  3,78%)

S.Expr.:             3147 (82,92%)                        (70,06%)

MajoritŽ absolue: 1574

            Liste J. RéDE    = 1846 (58,66% des S.E.)  soit 22 Žlus.

            Liste F. SURƒDA = 1301 (41,34%  "     "  )   "    5     "

 

Remarques :

1- Le nombre des abstentions est le plus faible constatŽ lors d'une Žlection municipale ˆ Banyuls. Il est infŽrieur ˆ celui de 1953 (15,56%) qui vit  la victoire du Dr. PARCƒ sur V. AZƒMA.

L'Žcart avec la mŽtropole est le plus important depuis 1945 (-12,28%). L'hypothse de 16% avait ŽtŽ envisagŽe, elle est plus que confirmŽe et traduit l'intŽrt et la mobilisation des Žlecteurs pour l'approbation des activitŽs du maire sortant et Conseiller gŽnŽral. Le nombre des procurations (194 arrivŽes avant le scrutin, et plus de 22 aprs) dŽmontrent les efforts entrepris par les deux listes vis-ˆ-vis des Žlecteurs ne rŽsidant pas toute l'annŽe ˆ Banyuls. La grande majoritŽ de ces procurations Žtaient favorables ˆ J. RéDE (3/5 ? = 116 ).

 

2- Le nombre des bulletins blancs et nuls (2,16% des inscrits et 2,54% des votants) est moins ŽlevŽ qu'en 1983 (-1,55 et -1,88%), et semblable ˆ celui des PrŽsidentielles de 1988 (85 bulletins au 2 me tour). Mis ˆ part les cas d'annulation qui rŽsultent de la marque du FN jointe ˆ la liste RéDE (22) et qui sont en rŽalitŽ valides, les autres cas traduisent soit une hostilitŽ ˆ l'un des colistiers de RéDE, soit un regret de ne pas avoir pu panacher (les deux listes jointes).

NŽanmoins, on observe un pourcentage ˆ peu prs constant des votes blancs ou nuls aux diverses Žlections (sauf cas particulier), mais qui tend ˆ augmenter lŽgrement par rapport ˆ la pŽriode de 1945 ˆ 1972.

La surprise vient pourtant de ce faible taux compte tenu des prises de position antŽrieures de diverses personnes  proches de l'Žlectorat du maire sortant.

Lors de la prospective, le nombre de bulletins nuls Žtait estimŽ ˆ 6,57% des inscrits, soit 249 (avec la rŽŽvaluation des inscrits lors du vote). Si l'on dŽcompte 82 nuls "normaux" (en fait 50 du fait des 22 FN), c'est donc 145 Žlecteurs qui ont refusŽ. . . de confirmer mon hypothse ! Tout laisse supposer que les efforts de RéDE pour les convaincre de voter en sa faveur ont portŽ (en trs grande partie) leurs fruits.

 

3- La liste SURƒDA avec 1301 voix est dans l'intervalle fixŽ  dans la prospective (1331, + ou - 69).

Lors des lŽgislatives de juin 1988 la somme des partis de gauche fait 1212, et Žventuellement 1344 avec les Žcologistes au 1er tour. Le seul candidat de gauche (style ouverture) obtient 1421 voix au second tour, avec des abstentions assez ŽlevŽes (respectivement 32 et 25%).

Toute proportion gardŽe le manque ˆ gagner est de 344 voix par rapport aux PrŽsidentielles , et 120 par rapport aux LŽgislatives.

Il est clair que l'Žlectorat politiquement dŽfini est beaucoup plus limitŽ et sera mesurŽ plus exactement lors des Žlections europŽennes de juin.

Bien que cette liste soit la moins marquŽe ˆ gauche depuis 1945 (on ne trouve trace d'aucune connotation politique, ni dans les prospectus, ni dans les discours), elle fait un score infŽrieur (en pourcentage) ˆ celle de 1983 (seulement 53 voix en plus alors que le nombre des inscrits s'est accru de + 457 !) .

Avec un sige en moins (et mme deux si toutes les procurations Žtaient arrivŽes ˆ temps) le rŽsultat est moins bon que celui de RIBéRE. Cette fois la prime au sortant a jouŽ au maximum en faveur de RéDE.

Les jeunes Žlecteurs des deux gŽnŽrations d'aprs guerre ne compensent plus totalement les votes disciplinŽs de leurs a”nŽs disparus (2).

 

4- La liste RéDE avec 1846 voix amŽliore nettement son score de 1983 (+ 414). Avec 58,66% des suffrages exprimŽs, il ne bat pas les records du Dr. PARCƒ en 1959 et 1965 (contre des listes communistes ou trs marquŽes ˆ gauche il est vrai) ou mme de BATALLER en 1971. Il ne dŽpasse RIBéRE (en 1977) que de 1,53%.

Le gain par rapport ˆ CHIRAC (2 me tour de 1988) est de +347, et par rapport ˆ  XATARD (+542),  candidat peu brillant lors des LŽgislatives.

Comment expliquer numŽriquement cet accroissement sinon par le fait qu'il n'a rien perdu de son Žlectorat de 1983 (ˆ quelques exceptions prs), et qu'il a su gagner la plus grande partie des nouveaux Žlecteurs inscrits depuis 1983.

RŽsultat aussi d'un travail politique remarquable (faut-il y voir la marque du RPR, jadis peu reprŽsentŽ structurellement ˆ Banyuls ˆ l'Žpoque du gaullisme, et qui compterait plus de 200 membres ?), ou moins politique que de persuasion personnelle.

Il est Žvident qu'environ 150 ˆ 300 Žlecteurs sont incontr™lables (soit 4 ˆ 7,9% des inscrits) et sont responsables des variations selon le type d'Žlection. Enfin les voix du FN se sont reportŽes sur cette liste.

 

 

 

 

 

 

Conclusion:

 

On doit s'interroger  sur la signification profonde de ce score .

A coup sžr reconnaissance d'un bilan et de la disponibilitŽ certaine d'un homme en dehors de toute considŽration politique, et, corrŽlativement, manque de crŽdibilitŽ vis-ˆ-vis des inquiŽtudes et des dŽnonciations de la gestion (notamment l'endettement de la commune) exprimŽes par la liste adverse.

Acceptation du fait de considŽrer une commune comme une entreprise et son maire comme un PDG. Dans cette optique on comprend mieux les comportements de J. RéDE. [Mais l'on n'est pas tenu de partager cette conception qui nŽcessiterait ici un trop long dŽveloppement. N. de l'a.]

Enfin la composition de la liste "Banyuls pour tous" Žtait-elle la bonne avec trop d'enseignants en tte,  et un leader occupant trop tardivement le terrain.

Il est probable que dans l'avenir le choix des hommes sera localement diffŽrent de ce qu'il fut (dŽsignation au sein des seules formations politiques, encore qu'un effort ait ŽtŽ rŽalisŽ).

Comme l'Žlection de RenŽ RIBéRE Žtait dans la logique de la bipolarisation politique des annŽes 1972-1977, sa dŽfaite co•ncide avec les dŽsillusions de l'annŽe 1983, et la mise en place d'un culte de  la rigueur (Europe libŽrale oblige !).

La non-politisation de ce scrutin et l'action peu mobilisatrice d'un gouvernement dit socialiste  semblent avoir conduit l'Žlecteur vers le "pour ou contre" le bilan de ses Žlus. On mesurerait  alors l'impact indirect de la politique nationale sur les Žlections municipales.

Cette Žlection confirme une nouvelle fois le caractre trs spŽcifique des municipales ˆ Banyuls qui vont souvent ˆ contre-courant des autres Žlections ˆ caractre plus national. Elle n'est peut-tre que l'expression de la dŽrive politique constatŽe par l'observation des pourcentages obtenus par les divers partis ˆ Banyuls depuis 1945  . En ce sens elle serait "historique", rŽsultant de l'Žvolution sociologique et dŽmographique des Banyulencs. Une nouvelle fois il n'y a plus d'Žlu communiste.

 

ƒlection du maire et des adjoints :

 

Celle-ci a lieu le vendredi 17 mars ˆ 18 heures.

  Mme NINU, doyenne d'‰ge, assume la prŽsidence du premier conseil municipal.

  Deux candidats se manifestent au poste de maire : J. RéDE et F. SURƒDA.

  Le vote ˆ bulletins secrets donne : RéDE: 22, SURƒDA: 5.

  M. J. RéDE est Žlu maire.

  Neuf adjoints sont alors Žlus:

         1er adjoint  : Y. REIG                       22 pour, 5 nuls.

         2 me  _     : R. ROCA                     22    _    _    _

         3 me  _     : MME J. MESTRES     22    _    _    _

         4 me  _     : A. LOPEZ                    22    _    _    _

         5 me  _     : J.-M. SOLƒ                 22    _    _     _

         6 me  _     : R. HERRE                   22    _    _     _

         7 me  _     : J. SOLANE                 22    _    _     _

         8 me  _     : MME L. NERON        22    _    _     _

         9 me  _ pour les Žcarts: P. GIROU 22    _    _    

            et Y.BERTA (non candidat)            2    _ ,  3     _

 

La sŽance est levŽe sans commentaires.

Dans les jours qui suivent, l'activitŽ du maire se manifestera par des mouvements de personnel communal, divers articles de presse, et l'adresse ˆ des concitoyens hors de Banyuls du rŽsultat (documentation de l'a.). Toute Žlection se prŽpare de longue date [N. de l'a.].

 

Si la "fivre" Žlectorale retombe, un malaise sŽrieux subsiste dans l'amicale des anciens marins. Certains reprochent ˆ leur prŽsident (Albert SAGOLS, Žgalement prŽsident dŽpartemental) d'avoir pris position en faveur de la liste SURƒDA. Ainsi au cours d'une rŽunion Žlargie du bureau les problmes seront abordŽs. Par la voix de M. MOULENS la dŽmission du PrŽsident sera suggŽrŽe, tandis que M. BARNADES dŽmissionne de son poste de trŽsorier. Le 12 avril, au cours d'une rŽunion ˆ la mairie, le maire explicite sa position vis-ˆ-vis de l'association en gŽnŽral (soulignant tous les efforts faits en sa faveur) et d'Albert SAGOLS en particulier. Il dŽfinit clairement sa position en exposant le sens de la crŽation d'une commission maritime, dont la prŽsidence est confiŽe ˆ Yvon BERTA. Il sera le dŽlŽguŽ du maire auprs de l'administrateur des Affaires maritimes du quartier de Port-Vendres et chargŽ des relations auprs du prŽfet maritime pour la venue des b‰timents. C'est d'une certaine manire dessaisir le PrŽsident de l'association d'une de ses prŽrogatives.

Il pourrait appara”tre qu'au-delˆ de la personne du prŽsident SAGOLS, une  "OPA" est en cours afin d'assurer un "contr™le politique" sur l'association.

 

DonnnŽes ˆ l'Žchelle nationale :

 

L'analyse faite par Serge JULY ("LibŽration" du 13  mars 1989) para”t confirmŽe par les rŽsultats nationaux du second tour. Prime aux listes les moins politisŽes (ou les plus ouvertes), au rajeunissement des hommes, ˆ l'efficacitŽ. Cette dernier cas semble avoir jouŽ pour J. RéDE. 

L'Žlecteur ne semble pas avoir ŽtŽ influencŽ par la politique nationale (non approbation ou sanction du gouvernement ROCARD (voir pour les grandes villes les analyses faites dans "Le Monde" et "LibŽration" du 21 mars 1989). Effet de la dŽcentralisation avec, comme consŽquence, repliement sur "sa rŽgion", et dŽsillusion vis-ˆ-vis des partis politiques traditionnels? Le progrs des Žcologistes et le maintien du Front National (29% ˆ Perpignan) en apportent la preuve.

 

Les grves en Corse constituent le rŽvŽlateur (nouveau mouvement du 22 mars bien que parfaitement contr™lŽ par les syndicats) du dŽfaut de contr™le par le gouvernement des fonds publics, mis ˆ la disposition de cette rŽgion  dans le cadre de la continuitŽ territoriale. Il est vrai qu'il appartient aux Corses eux-mmes de faire le"mŽnage" chez eux, entre autres par le choix de leurs Žlus.[mais ce mode de scrutin "dŽmocratique" est-il le mieux adaptŽ au problme ˆ rŽsoudre? Cette question institutionnelle nous ramne au rŽfŽrendum de 1969, et ˆ son Žchec gr‰ce aux voix conservatrices. N. de l'a.]. Qu'en sera-t-il avec l'ouverture du marchŽ unique: une rŽgion dŽveloppŽe par et pour elle-mme, ou transformŽe en une vaste bŽtonnire au seul profit des multinationales, du BTP et d'une caste europŽenne en mal de soleil.

 

Ds le lendemain mme des Žlections municipales, la campagne en vue des Žlections europŽennes de juin est lancŽe par le centriste MEHAIGNERIE (CDS), mais Žgalement par tous les leaders de l'UDF comme du RPR (chacun faisant ses comptes ... et dŽcomptes des mairies). Le seul muet pour l'heure: R. BARRE (suite ˆ son Žchec ˆ Lyon).

 

Notes annexes :

(1) Aristide MAILLOL ne semble pas avoir participŽ ˆ la vie politique locale, ni d'ailleurs nationale. Sculpteur mondialement connu (du moins en Occident), mais Žgalement peintre de talent. Le Parisien que je fus, contemplait ses statues librement dans un coin du Jardin des Tuileries. FrappŽ d'ostracisme dans sa commune par la trop grande ferveur que lui portrent les Allemands durant l'Occupation (3). Lors de la venue d'un navire ocŽanographique russe ˆ Port-Vendres, dans la grande pŽriode de l'URSS, je fus tout de mme surpris par la premire chose que les scientifiques russes me demandrent. C'Žtait de les conduire sur la tombe de Maillol pour la photographier. Sur sa vie d'artiste on lira avec grand intŽrt les ouvrages de l'un de ses amis d'enfance ˆ Banyuls, le mŽdecin gŽnŽral Franois BASSéRES, Maillol mon ami, Edit.  Mme F. Bassres, Imprimerie Catalane Maison Comet (1979); de Judith CLADEL: Maillol Sa vie - Son Ïuvre Ses idŽes. Edit. Grasset (1937); Maillol par Marie-AndrŽe de SARDI in "Le Jardin des Arts" N¡ 99, Fev.1963. Dina VIERNY: Maillol. Edit. Galerie Dina Vierny (1987).

(2): Ceci confirme une analyse de la SOFRES (L'Žtat de l'opinion. Edit. Le Seuil, Paris.1987) sur le fait qu'en 1986, 50% des jeunes de 18-24 ans ont votŽ pour la droite, alors que 62% avaient votŽ ˆ gauche en 1978.

(3) Cf. in "La Semaine du Roussillon" N¡440 du 23-29/9/2004, ˆ l'occasion du rappel de sa mort le 27/9/1944.

<-Retour-Suite->