58 - Elections des reprŽsentants de la France au Parlement europŽen

du 12 juin 1994

 

 

Cette Žlection est intŽressante dans la mesure o elle fait suite, d'une part au rŽfŽrendum de 1992 concernant le traitŽ sur l'Union europŽenne (texte complexe Žtabli ˆ Maastricht dont le rŽsultat fut trs serrŽ: 50,81% S.E. contre 49,18%), et d'autre part aux lŽgislatives de 1993 qui a vu la dŽfaite sŽvre de la majoritŽ socialiste au bŽnŽfice du RPR et de l'UDF. Le nouveau Premier ministre E. BALLADUR (dŽsignŽ ˆ cette fonction par J. CHIRAC et le RPR) jouit d'une cote de popularitŽ (traduit par les divers sondages) qui ne se dŽment pas. Depuis son installation ˆ Matignon (due ˆ la prudence de ses dŽclarations et un style politique de tradition plus "centriste" que "gaulliste"), la cohabitation est apparemment harmonieuse avec F. MITTERRAND (qui achve un dernier mandat).

Comme on pouvait s'y attendre (ˆ la suite de positions prises par certains membres de l'UDF et du RPR lors du rŽfŽrendum), P. DE VILLIERS (PR) constitue une liste dissidente. On note la prŽsence de Charles de GAULLE (le petit-fils), du juge Jean-Pierre THIERRY (qui s'est illustrŽ pour sa tŽnacitŽ vis-ˆ-vis des affaires de financement occulte des partis) et, entre autres, de reprŽsentants du monde agricole.

Bernard TAPIE, nouvelle locomotive du Mouvement des radicaux de gauche (qui a dŽfrayŽ durant tout l'ŽtŽ la chronique ˆ propos de l'affaire du match OM-Valenciennes, quelques jours avant de remporter sa premire coupe d'Europe des clubs champions), s'est adjoint la prŽsence d'un ancien ministre du PS (Catherine LALUMIéRE) et d'un Žcologiste (No‘l MAMéRE). Son dynamisme est bien connu, sans parler de la publicitŽ ininterrompue que lui font les mŽdias et qu'il sait admirablement utiliser (1).

La guerre qui se poursuit entre serbo-croato-bosniaques inspire quelques personnalitŽs comme B.-H. LEVY (qui abandonnera sa liste) et le sympathique docteur LŽon SCHWARTZENBERG, qui cherchent ˆ l'occasion de cette Žlection ˆ sensibiliser les Franais sur l'Žternel problme de la cohabitation de ces populations des Balkans (qui s'Žternise depuis É l'invasion des Turcs et les influences germaniques et russes). Un sondage Ipsos crŽdite cette liste de 12% et É 7% pour CSA.

Les chasseurs mnent le mme combat qu'auparavant contre les rglements ŽdictŽs ˆ Bruxelles  et sont associŽs aux pcheurs (ceux-ci moins bien reprŽsentŽs que les premiers sur leur liste)

Au nouveau Premier secrŽtaire du PS (M. ROCARD) incombe le redoutable honneur de mener une liste, difficile ˆ constituer du fait des multiples tendances qui s'Žpient au sein du parti. Outre l'inŽvitable Jack LANG, on note la prŽsence de Bernard KOUCHNER (qui annoncera ultŽrieurement qu'il a votŽ pour TAPIE!). La future candidature aux prŽsidentielles de M. ROCARD risque d'tre remise en cause selon le score rŽalisŽ (2).

Jean-Pierre CHEVéNEMENT, fondateur du Mouvement des Citoyens, tente d'affirmer son particularisme, et profite de cette Žlection afin de rŽaliser un sondage en vraie grandeur (fusil ˆ deux coups ... afin de se situer Žventuellement pour les futures prŽsidentielles). On note sur sa liste la prŽsence de Gisle HALIMI (avocate et fŽministe bien connue) ainsi que d'Anicet LE PORS, ancien ministre communiste dans le gouvernement MAUROY. Dans un tract, l'accent est mis sur les causes

du ch™mage: compŽtition Žconomique sans rgles, absence de prŽfŽrence communautaire, privilge pour les capitaux financiers (3).

La prŽsence d'une liste de dŽfense des ch™meurs: "Contre l'exclusion" devrait attirer plus de 3 millions de voix, puisque ce nombre correspond malheureusement ˆ la situation actuelle. Faute de pouvoir dŽposer la caution de 100.000 F (Tout le monde ne bŽnŽficie pas d'une manne financire plus ou moins lŽgale) (4) cette liste est contrainte de retirer sa candidature.

Trois listes: celles du Parti communiste franais, du Front national, et de l'infatigable Arlette LAGUILLER pour Lutte Ouvrire, pourront comptabiliser leur force politique dans ce type d'Žlection ˆ la proportionnelle.

Chez les Žcologistes, l'autotomie est une nouvelle fois la rgle. (ce qui est bien connu chez les vers É de terre). La stratŽgie du ni-ni (indŽpendance vis-ˆ-vis des partis politiques) dŽfendue par A. WAECHTER est rejetŽe par D. VOYNET au profit d'un dialogue avec la Gauche É mais laquelle?

La campagne s'anime, du moins dans le petit monde politique, sur le drame que vit la Bosnie, rŽgion centrale de l'ex-FŽdŽration Yougoslave, et par le dŽbat tŽlŽvisŽ entre TAPIE et LE PEN (1er juin) qui rŽŽdite, cette fois ˆ fleurets mouchetŽs, celui du 8 dŽcembre 1989 dont la virulence est restŽe dans les mŽmoires (1).

 

 

 

 

Vingt listes sont en prŽsence:

  1- B. BAUDIS: Liste d'union UDF-RPR

  2- P. DE VILLIERS: Liste de la majoritŽ pour l'Autre Europe

  3- J-M LE PEN: Contre l'Europe de Maastricht

  4- A. GOUSTAT: Chasse-pche-nature-traditions

  5- A. TOUATI: DŽmocrates pour les Etats-Unis d'Europe

  6- M. SIMEONI: Liste rŽgionaliste et fŽdŽraliste

  7- B. LALONDE:  GŽnŽration Žcologie pour l'Europe

  8- M-A ISLER-BEGUIN: Union des Žcologistes pour l'Europe, prŽsentŽe par les Verts, soutenue par la SPA et ƒcologie autrement

  9- B. TAPIE: Energie radicale

10- L. SCHWARTZENBERG: L'Europe commence ˆ Sarajevo

11- M. ROCARD: L'Europe solidaire

12- J-P. CHEVéNEMENT: L'Autre politique

13- F. WURTZ: Parti communiste franais

14- A. LAGUILLER: Lutte ouvrire

15- D. GLUCKSTEIN: Europe des Travailleurs et de la dŽmocratie, soutenue par le Parti des travailleurs

16- G. TOUATI: L'Emploi d'abord !

17- B. FRAPPE: Parti de la Loi naturelle

18- C. COTTEN: Politique de vie pour l'Europe

19- J. AILLAUD: Europe pour tous

20- E. MOUTOUSSAMY: Liste du Rassemblement d'outre-mer et des minoritŽs.

 

On observe que le Parti Ouvrier EuropŽen de J. CHEMINADE n'est plus prŽsent ˆ ce type d' Žlection (peut tre dŽcouragŽ par ses prŽcŽdents scores ˆ Banyuls: 0 en 1984 et 2 voix en 1989)

 

RŽsultats :

                                      Banyuls                      DŽpartement            MŽtropole

Inscrits:                     3790 (+ 52/1989)                  259.896             37.732.085

Abst.:                        1784 (47,07%)                     47,38%                 46,19 %

Votants:                    2006  (52,93 -)                      52,62 -                  53,80 -

Nuls:                             88  (  4,39 -)                       4,78 -                     5,34 -

ExprimŽs:                  1918 (50,61 -)                     50,11 -                   50,93 -

 

BAUDIS:                        494 (25,76 / SE)          20,79 -                    25,37 -

DE VILLIERS:                250 (13,03     - )           11,90 -                    12,43 -

LE PEN:                          199 (10,38     - )           14,79 -                    10,60 -

GOUSTAT:                       99 (   5,16    - )             4,79 -                      4,0    -

A TOUATI:                         5 (   0,26    - )             0,33 -                      0,37  -

SIMEONI:                           8 (   0,42    - )             0,67 -                      0,39  -

LALONDE:                        34 (  1,77    - )             1,62 -                      2,02  -

ISLER-BEGUIN:               37 (  1,93    - )              2,10 -                      2,96  -

TAPIE:                            258 (13,45    - )            14,17 -                    12,04 -

SCHWARTZENBERG:    18 (  0,94    - )              1,16 -                      1,58 -

ROCARD:                       262 (13,66    - )            12,62 -                    14,47 -

CHEVéNEMENT:            34 (  1,77    - )             1,95 -                       2,54 -

WURTZ:                          156 (  8,13    - )             9,59 -                       6,94 -

LAGUILLER:                   29 (  1,51    - )             1,99 -                       2,28 -

GLUCKSTEIN:                12 (  0,62    - )              0,38 -                       0,44 -

G. TOUATI:                       6 (  0,31    - )              0,45 -                       0,64 -

FRAPPE:                          13 (  0,68    - )              0,41 -                       0,49 -

COTTEN:                            4 (  0,03    - )              0,21 -                       0,29 -

AILLAUD:                         0    0                           0,00 -

MOUTOUSSAMY:            0    0                          0,07 -

 

 

 

 

Remarques:

1- Les abstentions sont toujours ŽlevŽes pour ce type d'Žlection, bien que lŽgrement infŽrieures par rapport ˆ 1989 (Banyuls: - 2,43%; DŽpartement: -3,39%; MŽtropole: - 4,92%). LŽger frŽmissement, moins dž ˆ la campagne assez terne et la morositŽ gŽnŽrale, qu'ˆ la proximitŽ du rŽfŽrendum sur le traitŽ de Maastricht.

Les votes blancs et nuls Žtant cette fois en lŽgre augmentation (Banyuls: +1,85%; DŽpartement: + 2,03%; MŽtropole: + 2,45%).

 

2- La liste d'union UDF-RPR (majoritŽ "pro-Maastricht") arrive en tte ˆ Banyuls avec un score trs semblable ˆ celui de la mŽtropole, qui diffre de celui du dŽpartement (dont le poids de Perpignan est fort) du fait des voix obtenus par le FN. Elle disposera de 28 siges. Sont ainsi Žlus outre D. BAUDIS, H. CARRéRE D'ENCAUSSE (5), A. POMPIDOU (fils de l'ancien PrŽsident), R. HERSANT (du Figaro entre autres), B. STASI (qui se languit de ne pas avoir retrouvŽ de ministre) et de G. D'ABOVILLE (l'homme qui traverse les ocŽans ˆ la rame).

 

3- La liste DE VILLIERS (majoritŽ anti-Maastricht), situation nouvelle par rapport ˆ 1989, fait un score Žgalement comparable ˆ Banyuls et en mŽtropole. Celui-ci, sans tre une surprise totale, est assez hŽtŽrogne prenant manifestement des voix au FN ˆ Banyuls comme dans le dŽpartement, plus que globalement ˆ l'Žchelle nationale. Il pourra trs certainement peser lors des PrŽsidentielles de 1995. Elle disposera de13 siges.

 

4 - Le Front national fait un score infŽrieur ˆ ses prŽvisions du fait de la liste prŽcŽdente. Par rapport ˆ 1989 il recule ˆ Banyuls (-6,63%), dans le dŽpartement (-3,88%), mais plus lŽgrement pour l'ensemble de la mŽtropole (-1,13%). Il disposera de 11 siges. Outre LE PEN, on notera parmi les Žlus B. MƒGRET, J.-C. MARTINEZ, C. LANG, M.-F. STIRBOIS, Y. BLOT.

 

5- Le Parti Socialiste poursuit une remarquable descente avec un recul de -12,26%  ˆ Banyuls, -10,96% pour le dŽpartement et -9,14% en mŽtropole par rapport ˆ 1989. On ne peut gure effectuer de comparaison valable par rapport aux LŽgislatives de 1993 du fait de la trop forte diffŽrence de participation au vote, et de l'absence d'un candidat du MRG. On peut seulement constater, a posteriori , que SICRE  (471 voix) n'avait pas obtenu au 1er tour ˆ Banyuls la somme cumulŽe par les trois listes ˆ ces europŽennes de TAPIE + ROCARD + CHEVéNEMENT (554 voix), ce qui para”t curieux. Comme il fallait s'y attendre le bouc Žmissaire est. . . ROCARD! La liste socialiste a tout de mme 15 siges ce qui permet outre ROCARD, ˆ C. TRAUTMANN, B. KOUCHNER, A. LAIGNEL, J. LANG, E. GUIGOU et J.-P. COT d'tre Žlus. [comme pour le SŽnat, l'AssemblŽe de Strasbourg peut constituer un lot de consolation pour les battus aux lŽgislatives. N. de l'a.]

 

6- La liste de B. TAPIE ou du MRG (radicaux de gauche), non prŽsente lors du scrutin de 1989, obtient un score sensiblement Žgal ˆ celui du PS, rŽsultat moins ŽlevŽ que ce que certains avaient pronostiquŽ, mais fort important si l'on a en vue les futures prŽsidentielles (encore qu'il ne faille comparer que ce qui est comparable). On notera au passage que le total obtenu par cette liste plus celle du PS redonne ˆ trs peu prs le total qu'avait obtenu FABIUS en 1989 (n'accablons donc pas le malchanceux ROCARD). Son score est sensiblement le mme ˆ 1% prs entre Banyuls, le dŽpartement et la mŽtropole. Les ennuis judiciaires de TAPIE n'ont pas nui ˆ sa liste qui recueille 13 siges. Il semble que de nombreux jeunes Žlecteurs aient votŽ pour lui.

 

7- Le PCF conduit par F. WURTZ, qui remplace P. HERZOG comme tte de liste, gagne par rapport ˆ 1989 + 0,25% ˆ Banyuls, mais perd 1,23% dans le dŽpartement et 0,78% en mŽtropole. On peut donc estimer que le PCF est ˆ l'Žtiage, encore qu'il ait perdu 11 voix ˆ Banyuls depuis mars 1993. Il dispose de 7 siges.

 

8- La liste CHEVéNEMENT, dont la campagne a ŽtŽ peu mŽdiatisŽe et mal relayŽe sur le plan local (tracts arrivŽs trop tardivement pour tre correctement diffusŽs), recueille un score mŽdiocre en deˆ des espŽrances de son leader. Son score est supŽrieur ˆ l'Žchelon national (+0,77%) ˆ celui de Banyuls et du dŽpartement, ce qui traduit bien une mauvaise implantation locale. Ses chances pour se prŽsenter lors des prŽsidentielles sont fortement compromises (le fusil ˆ deux coups n'a pas fonctionnŽ)

 

 

 

 

9- Les Žcologistes reculent trs nettement par rapport ˆ 1989 mme si l'on cumule les scores: 3,7% ˆ Banyuls (contre 8,97% en 89), 3,72% dans le dŽpartement (contre 9,12% en 89), 4,98% pour la mŽtropole (contre 10,59% en 89). Personnellement B. LALONDE fait lŽgrement moins que les Verts, et se partagent ˆ peu prs les voix (ce qui appara”t logique). Aucun sige ne leur est dŽvolu dans la nouvelle assemblŽe. Il y a manifestement une tendance de trop ou trop de leaders. Avec moins de 1 million de voix la rŽgression du score des Žcologistes est Žtonnante sinon une dŽsaffection vis-ˆ-vis des candidats et peut-tre l'absence de Waechter dans la compŽtition.

 

10- Les chasseurs progressent trs faiblement par rapport ˆ 1989 ˆ Banyuls (+1,52%) mais reculent trs lŽgrement dans le dŽpartement et en mŽtropole respectivement de 0,7% et 0,13%. On notera que dans le dŽpartement des Landes ils obtiennent comme toujours leur meilleur score avec 11,46% (o la chasse ˆ la palombe est un fait de sociŽtŽ), prenant des voix ˆ tous les partis sauf ˆ la majoritŽ (32,99%) et au PS ( 20,95%) dont le chef de file est Henri EMMANUELLI (futur remplaant de ROCARD comme Premier secrŽtaire).

 

11- Arlette LAGUILLER est en net, mais relatif progrs par rapport ˆ 1989: + 0,91% ˆ Banyuls, + 0,98% dans le dŽpartement et +0,86% en mŽtropole.

 

12- Avec 18 voix ˆ Banyuls et 1,58% en mŽtropole, le bon docteur SCHWARTZENBERG n'a pas rŽussi ˆ mobiliser les Žlecteurs en faveur du rŽarmement des Bosniaques et contre les gŽnocides passŽs. Le puzzle bosniaque se prte malaisŽment ˆ une recomposition.

Les rŽsultats dans les DOM-TOM montrent que si les inscrits reprŽsentent 1 101 288 voix le taux d'abstention est trs ŽlevŽ: La RŽunion (76,10%), Saint-Pierre-et-Miquelon (85,08%), Mayotte (69,25%), Nouvelle-CalŽdonie (64,27%), Guyane (80,37%), Martinique (82,76%), Guadeloupe (85,36%), PolynŽsie franaise (77,30%). Seul Wallis-et-Futuna fait exception ˆ la rgle avec 28,13% (palme de la participation nationale), mais qui ne comprend que 6770 inscrits et un record pour le PS (57,75% S.E.). L'impact des hommes politiques de la mŽtropole dans ces territoires appara”t d'une faiblesse inquiŽtante, sans parler naturellement des pressions amŽricaines

Les Franais vivant ˆ l'Žtranger reprŽsentent 196 542 inscrits. Les abstentions y sont Žgalement ŽlevŽes (74,62%). Blancs et nuls: 2,65% des votants. Sur 48 563 exprimŽs ont obtenu: RPR-UDF :35,41%; PS: 22,21%; Villiers : 9,89%; MRG : 7,61%; FN : 5,61%; Verts : 4,74%; G.E. : 3,48%; Chevnement : 3,08%.

 

La rŽpartition des groupes au sein de l'AssemblŽe de Strasbourg est la suivante suite aux Žlections dans les divers pays : PSE "Socialistes" (200), PPE "dŽmocrates chrŽtiens" (148), LDR "libŽraux" (44), RDE "rassemblement dŽmocratique" (24), Verts (22), CG "coalition des gauches" (communistes) (12), ARC "rŽgionalistes" (8), DR "droites europŽennes" (13), non inscrits (37) dont 11 Alliance nationale italienne et 6 Ligue du Nord (Italie), Autres (59) dont 13 Tapie, et 27 Forza Italia

Rappelons que la France dispose de 87 siges sur 567 (soit 15,3%). Le fait d'accro”tre le nombre des membres de la CommunautŽ europŽenne (actuellement, et provisoirement de douze) diminue d'autant notre reprŽsentation au sein de cette assemblŽe. L'entrŽe prochaine de l'Autriche, de la Sude et de la Finlande (peut-tre aussi de la Norvge, malgrŽ un rŽfŽrendum nŽgatif dŽjˆ ancien) ne pose naturellement aucun problme thŽorique (l'Europe est aisŽe ˆ dŽfinir gŽographiquement et culturellement), mais uniquement un problme pratique, notamment en matire d'harmonisation de certaines lŽgislations fiscales et sociales ou autres. Le type de construction europŽenne choisi, ou plus exactement imposŽ depuis l'origine (fŽdŽraliste), limite considŽrablement les marges de manÏuvre de politique intŽrieure (voire externe) des divers pays constituants. Il est curieux qu'un type de construction confŽdŽrale de l'Europe ne soit pratiquement jamais ŽvoquŽ (mis ˆ part les vellŽitŽs anciennes de DE GAULLE, vite mises au rancart par ses successeurs).

Si nous insistons sur divers aspects de cette Žlection, c'est par ce qu'il est plus que probable qu'elle sera au centre du dŽbat ˆ l'occasion des futures Žlections prŽsidentielles de mai 1995, du moins on pourrait le souhaiter.

 

Notes annexes :

(1) Cf. Thierry SAUSSEZ en dŽcrit les mŽcanismes comme les positions politiques ˆ gŽomŽtrie variable de B. TAPIE dans un ouvrage : "TAPIE-LE PEN les jumeaux du populisme". Edit. Edition¡1 (1992).

(2) Remarquons que l'on ne peut infŽrer des rŽsultats d'un type d'Žlection ˆ un autre. Le contexte ne peut pas, de toute manire, tre favorable ˆ la liste du PS puisque contrairement ˆ 1989 le MRG prŽsente sa liste. Cela ne devrait pas remettre en cause les efforts de ROCARD dans sa nouvelle fonction. Le prŽtexte de lui faire porter la responsabilitŽ d'un mauvais score n'est pas inoffensif de la part de ses "camarades", mais traduit des arrires pensŽes de s'en dŽbarrasser comme futur candidat potentiel au profit de J. DELORS qui a les faveurs de MITTERRAND.

(3) Il convient de souligner que la notion de prŽfŽrence communautaire s'oppose dans certains cas aux conventions adoptŽes lors des Kennedy Round, Tokyo Round, Uruguay Round. La rŽunion rŽcente du GATT a montrŽ toutes les difficultŽs dans le domaine du commerce international, notamment les prises de position du Tiers Monde qui ont un besoin vital de la libŽralisation du commerce et d'investissements.

(4) Ce problme du financement des partis politiques et des hommes politiques locaux par des SociŽtŽs empoisonne la vie politique franaise depuis de nombreuses annŽes. RŽvŽlŽ initialement par l'inspecteur A. GAUDINO concernant les comptes du PS (Cf.: Antoine GAUDINO: "L'enqute impossible". Albin Michel, 1990), elle conna”t un rebondissement tragique avec le suicide de P. BƒRƒGOVOY (ex-Premier ministre) le 1er mai 1993. Les affaires des autres partis viendront ˆ leur tour comme c'est le cas en 1994 pour le Parti rŽpublicain dont trois ministres du gouvernement BALLADUR sont impliquŽs (LONGUET, MADELIN et LEOTARD). Courant novembre trois ministres sont contraints de dŽmissionner (CARIGNON, LONGUET et ROUSSELIN). Situation sans doute moins sŽrieuse qu'en Italie (qui a vu toute la classe politique traditionnelle dŽcapitŽe au bŽnŽfice du mŽdiatique BERLUSCONI et des nŽo-fascistes), mais qui fait dŽsordre dans notre rŽpublique, o l're du soupon r™de comme la calomnie. Situation dangereuse ˆ la veille des prŽsidentielles. L'affaire du sang contaminŽ par le SIDA qui Žclabousse des responsables du PS, et qui vient en instruction devant la nouvelle Cour de la RŽpublique, a de quoi rendre l'Žlecteur sceptique (octobre 94).

(5) L'une des rares femmes de l'AcadŽmie franaise, bien connue par ses livres sur l'URSS: L'empire ŽclatŽ. Edit. Flammarion (1978); Le Grand Frre. Edit. Flammarion (1983).

 

 

59 - PrŽsidentielles des 23 avril et 7 mai 1995

 

           

Le PrŽsident F. MITTERRAND, ‰gŽ de 78 ans et traitŽ pour un cancer depuis de nombreuses annŽes (1), ne se reprŽsente pas. La cohabitation fut relativement paisible avec un Premier ministre, E. BALLADUR, issu d'une majoritŽ de droite lors des dernires Žlections lŽgislatives de 1993.

Jacques DELORS, donnŽ comme candidat du Parti Socialiste, et avec des chances sŽrieuses d'aprs de nombreux commentateurs politiques, confirme lors d'une interview ˆ la tŽlŽvision sa non-participation. Les raisons avancŽes demeurent pour le moins obscures sinon celles de ses positions europŽennes (non partagŽes par l'ensemble des forces de gauche). C'est finalement Lionel JOSPIN, en retrait de la politique depuis quelques annŽes, que le PS investira ˆ la surprise relative de beaucoup. Plus pŽdagogue (ce qui n'est pas pŽjoratif) que tribun, son charisme  ne constitue pas sa vertu essentielle et le soutien de F. MITTERRAND reste discret, n'ayant sans doute apprŽciŽ que modŽrŽment des dŽclarations sur le devoir d'inventaire de la "Miterrrandie".

  Les Žcologistes (Verts) prŽsentent de nouveau Dominique VOYNET. Le programme propose, entre autres, la durŽe de travail ˆ 35 heures en prŽparant le passage ˆ 30 heures, la paritŽ femme-homme dans la vie publique et privŽe, la sortie progressive du nuclŽaire, l'harmonisation europŽenne sur les programmes des Žcologistes. On note dans son comitŽ de soutien la prŽsence de Charles FITERMAN et Marcel RIGOUT (ex-PCF et anciens ministres), mais aussi des personnalitŽs un peu vieillies comme RenŽ DUMONT (ancien candidat ˆ la PrŽsidentielle), ThŽodore MONOD (2) et le dessinateur CABU. Mais ni B. LALONDE ni A. WAECHTER n'appellent ˆ voter pour elle dŽmontrant par lˆ qu'elle n'est pas la candidate des seuls Žcologistes.

Ë gauche, on retrouve les candidats traditionnels que sont Robert HUE pour le PCF et Arlette LAGUILLER (Lutte Ouvrire).

La surprise relative vient une nouvelle fois de la droite avec deux candidats du RPR. Le Premier ministre ƒdouard BALLADUR et Jacques CHIRAC ne parviennent pas ˆ s'entendre pour que l'un s'efface devant l'autre (on ne saura jamais clairement si un accord avait, ou non, ŽtŽ passŽ antŽrieurement entre les deux hommes) (3). Pour beaucoup cependant CHIRAC Žtait le candidat naturel pour cette Žlection. Il est ˆ noter qu'aucun Premier ministre en exercice n'avait briguŽ cette fonction, le pouvoir usant gŽnŽralement, ˆ moins que l'on ait fait É des miracles, ce qui n'est pas le cas compte tenu de la rŽcession mondiale (malgrŽ le satisfecit qu'il s'accorde dans sa profession de foi).

Pour CHIRAC, les Franais ne doivent pas cŽder ˆ la tentation du conservatisme (qui est visŽ?), il faut mettre en Ïuvre un vrai changement et non des demi-mesures, rendre l'exclusion impossible et combattre le ch™mage avec des armes nouvelles (lesquelles?) (4), sans oublier les personnes ‰gŽes dont la place n'est pas aux marges, mais au cÏur de notre sociŽtŽ (et les jeunes?). RŽduire la fracture sociale (5), slogan choc de sa campagne, qui lui attirera avec une simplicitŽ de bon aloi une sympathie certaine. Les intentions de vote en sa faveur, faibles au dŽpart, montent au dŽtriment de BALLADUR, dont le style doit davantage plaire aux personnes plus ‰gŽes qu'aux jeunes entrepreneurs.

Il est facile pour les hommes politiques d'Žnoncer des banalitŽs gŽnŽrales en se gardant bien de les prŽciser les conditions d'application de leur mirifique programme.

GŽrard DE VILLIERS, au nom des traditions familiales, conservateur et anti-Masstricht, pr™ne une renŽgociation de ce traitŽ.

Naturellement Jean-Marie LE PEN est une fois de plus candidat, dŽfendant  la prioritŽ aux Franais, le rapatriement de trois millions d'immigrŽs dans leur pays d'origine (comment?), restaurer la justice avec le rŽtablissement de la peine de mort et la lutte contre les trafiquants de drogue, crŽer 4 millions d'emplois (comment?).

Jacques CHEMINADE, Žnarque dissident (!), prŽsente un programme qui ne semble pas briller par sa lisibilitŽ.

 

RŽsultats (1er tour) :

 

 

 

 

Banyuls

 

DŽpartement

 

MŽtropole

Inscrits:

3920

266.846

38.590.282

Abst.:

  816 (20,82 %)

 20,54%

20,59%

Votants:

3104 (79,18 %)

 79,46%

79,41%

Blancs & Nuls:

    59 (  1,90 %)

   2,56%

2,79%

S. Expr.:

3045 (77,68 %)

 77,43%)

77,20%

LE PEN:

  406 (13,33 %)

19,45%

15,27%

DE VILLIERS:

  140 (  4,60 %)

  4,36%

4,80%

BALLADUR:

  456 (14,98 %)

15,70%

18,54%

CHIRAC:

  728 (23,91 %)

19,01%

20,47%

JOSPIN:

  782 (25,68 %)

23,03%

23,21%

HUE:

  287 (  9,43 %)

10,64%

  8,73%

VOYNET:

    83 (  2,73 %)

  2,71%

  3,35%

LAGUILLER:

  159 (  5,22 %)

  4,88%

  5,37%

CHEMINADE:

      4 (  0,13 %)

  0,22%

  0,27%

 

Ë Banyuls, le nombre des inscrits s'est accru de +184 par rapport ˆ la PrŽsidentielle prŽcŽdente (1988) soit 4,93%, tandis que l'accroissement ˆ l'Žchelon national n'est que de 1,74%. On observe une certaine stabilitŽ du taux d'abstention d'une Žlection ˆ l'autre (+1,55% en 95) vraisemblablement non significative, de mme pour les votes blancs et nuls (9 Žlecteurs en plus en 1995) qui est proche de 2% des votants.

Contrairement ˆ ce que d'aucuns avaient supposŽ ˆ tort, JOSPIN arrive en tte avec un score infŽrieur ˆ celui de MITTERRAND en 1988 (- 8,81% ˆ Banyuls et -10,89 pour la mŽtropole).

R. HUE fait mieux que le candidat du PCF en 1988 (+ 2,86% ˆ Banyuls et +1,95% en mŽtropole). Il est vrai qu'en 1988 LAJOINIE ne reflŽtait pas les forces de la joie! Si l'on cumule avec les voix de Pierre JUQUIN en 1988 (PCF dissident dit "rŽnovateur") l'Žcart n'est que de +1,07% (Banyuls) et - 0,15 (mŽtropole) traduisant une stagnation du vote communiste.

A. LAGUILLER progresse fortement de +3,70% (Banyuls) et +3,37% (mŽtropole) par rapport ˆ 1988. Si l'on cumule avec les voix de BOUSSEL (autre tendance trotskiste) en 1988, l'accroissement est pour 1995 de + 3,43% (Banyuls) et + 2,99% (mŽtropole)

Les Žcologistes qui se sont "gauchisŽs" (Les Verts de D. VOYNET par rapport ˆ la candidature d' A. WAECHTER en 1988) rŽgressent de - 0,47% (Banyuls) et de - 0,43% (mŽtropole). Ils totalisent moins du million de voix, l'un des plus mauvais rŽsultats.

LE PEN rŽgresse de -1,40% (Banyuls), de -1,07% dans le dŽpartement, et progresse trs peu en mŽtropole: + 0,86%. Dans le dŽpartement, son score avec 20% (moyenne pour les Žlections de 1988 et 1995) est plus ŽlevŽ que dans la mŽtropole (14,84% en moyenne sur les deux Žlections).

DE VILLIERS, dont la position politique est intermŽdiaire entre la droite (au sens large) et l'extrme droite, n'atteint pas les 5% (sensiblement le mme pourcentage ˆ Banyuls et en mŽtropole: ± 4,70%).

J. CHIRAC arrive en seconde position, en lŽger recul par rapport ˆ 1988: - 2,29 % ˆ Banyuls, mais progresse en mŽtropole de +0,57%. Son score est meilleur ˆ Banyuls, que pour le dŽpartement et la mŽtropole, dž sans doute ˆ l'action de Jean RéDE et la section locale du RPR.

E. BALLADUR arrive en troisime position, mais perd 8,93% par rapport ˆ CHIRAC ˆ Banyuls, et seulement 1,93% en mŽtropole, ce qui semble bien confirmer "l'effet J. RéDE". Si on lui suppose un Žlectorat plus modŽrŽ de type centriste proche de celui de R. BARRE en 1988, il obtient 3,75% de plus que ce dernier ˆ Banyuls et 1,99% pour la mŽtropole. Ceci impliquerait que la fraction centriste ˆ Banyuls (UDF) reprŽsente de 11 ˆ 12%.

Au total les voix de droite totalisent ˆ Banyuls 56,95% (ou 43,62% si l'on dŽcompte les voix de LE PEN), celles de la Gauche 43,06%. A l'Žchelon national la droite totalise 59,35% (ou 44,08% sans les voix de LE PEN) et 40,66% pour la Gauche.

Le second tour ne peut tre mathŽmatiquement en faveur de L. JOSPIN, sauf un mouvement important d'un chassŽ-croisŽ des Žlecteurs  et une diminution forte des abstentionnistes. Ceux-ci furent en 1988 de 5,7% ˆ Banyuls et de 4,77% en mŽtropole, avec un taux qui peut tre considŽrŽ comme faible, mais gŽnŽral dans ce type d'Žlection (15,82% en mŽtropole). Conclusion: Chirac  gagnera  ˆ coup sžr.

SymŽtriquement, mais ne pesant pas du mme poids (en nombre de voix naturellement), A. LAGUILLER comme D. VOYNET n'appellent pas ˆ voter pour JOSPIN, comme LE PEN n'appelle pas ˆ voter pour CHIRAC.

 

RŽsultats (2 me tour) :

 

 

 

Banyuls

DŽpartement

MŽtropole

Inscrits:

3918

267.410

38.548.807

Abst.:

  659 (16,82%)

18,88%

19,49%

Votants:

3259 (83,18%)

 81,12%

80,51%

Blancs & Nuls:

  165 (  5,06%)

   6,76%

  6,01%

S. Expr.:

3094 (78,97%)

 75,64%

75,67%

CHIRAC:

1584 (51,20%)

51,77%

52,68%

JOSPIN:

1510 (48,80%)

48,23%

47,32%

 

Remarques:

 

Les abstentions ont rŽgressŽ ˆ Banyuls de 4% et de 1,1% en mŽtropole. On observe que le taux d'abstention est lŽgrement supŽrieur ˆ celui de 1988 (19,49% en mŽtropole). Les votes Blancs et nuls ont par contre (mais tout naturellement) progressŽ de 3,16% des votants ˆ Banyuls et de 3,22% en mŽtropole.

505 inscrits ne sont venus ˆ aucun des deux tours (8 dŽcŽdŽs rŽcemment); 144 Žlecteurs sont venus au 1er tour, mais non au second, et 211 ne se sont dŽplacŽs que pour le second tour. La signature lors du scrutin de la liste d'Žmargement  destinŽe ˆ Žviter les fraudes permet un dŽcompte prŽcis des votants (sauf distraction du signataire et de la personne en charge du cahier, comme j'ai pu le constater au moins dans un cas, mais qui est exceptionnel)

Ë Banyuls CHIRAC accro”t de + 856 voix son score du 1er tour, soit loin du total des voix de droite (1730); le total BALLADUR + VILLIERS + CHEMINADE = 600, soit ˆ trouver 256 voix qui ne peuvent provenir que d'Žlecteurs de LE PEN et de nouveaux venus seulement au second tour (par hypothse une centaine ou moins) plus une partie des 49 suffrages exprimŽs en plus qu'au 1er tour. Il perd sans doute prs de 54% des voix de LE PEN (406 -185 = 221)

JOSPIN accro”t de + 728 son score du 1er tour, alors  que le total des voix de gauche (les siennes exclues) est de 529. Reste ˆ trouver la provenance de 199 voix supplŽmentaires, sans doute des Žlecteurs venus uniquement au second tour plus une partie des 49 suffrages exprimŽs en plus au second tour. Ou bien on adopte l'hypothse d'un partage ˆ peu prs Žgal des nouveaux Žlecteurs (environ 130) reste alors 69 Žlecteurs ˆ trouver. Il est probable que les nouveaux Žlecteurs qui se sont reportŽs sur JOSPIN seraient plus proches de 150 sur 211 (soit ± 70%)

 

J. CHIRAC est Žlu PrŽsident de la RŽpublique et nomme Alain JUPPƒ (RPR) comme Premier ministre. La majoritŽ de droite Žlue en 1993 demeure inchangŽe, commeÉ la crise Žconomique qui perdure (6).

 

Notes annexes:

(1) F. MITTERRAND dŽcdera le 8 janvier 1996 ˆ l'‰ge de 79 ans. Voir une brve analyse de son parcours politique in "Le Monde" du mardi 9 janvier 1996, N¡ 15847. On consultera sur la politique menŽe sous sa direction:

"Franois MITTERRAND, Discours 1981-1995" (op. cit., 1995).

"Bilan de la France 1981-1993" sous la direction de Laurent MENIéRE. Edit. Hachette (1993)

Pierre FAVIER et Michel MARTIN-ROLAND, La DŽcennie Mitterrand. 1. Les ruptures (1981-1984). Edit. Seuil ( 1990). 2. Les Žpreuves (1984-1988). Edit. Seuil ( 1991). 3. Les dŽfis (1988-1991). Edit. Seuil ( 1996). 4. Les dŽchirements (1991-1999). Edit. Seuil (1996).

Jacques ATTALI, 1993, 1995. Verbatim. Edit. A. Fayard. Le livre de poche. Verbatim I. Premire partie 1981-1983.  (1993). Verbatim I. Deuxime partie 1983-1986.  (1993). Verbatim II. 1986-1988.  (1995). Verbatim III. Premire partie 1988-1989. (1995). Verbatim III. Deuxime partie 1990-1991.  (1995).

Paul WEBSTER: Mitterrand 1945-1995. Edit. Editions du FŽlin (1995)

et des ouvrages plus critiques:

Jean-Marie COLOMBANI & Hugues PORTELLI: Le double septennat de Franois Mitterrand. Edit. Grasset (1995)

Catherine NAY: Le rouge et le noir. Edit. Grasset (1984).

Trs critique (mais "qui aime bien ch‰tie bien"):

Max GALLO: La gauche est morte. Vive la gauche. Edit. Odile Jacob (1990).

Catherine NAY: Les sept Mitterrand ou les mŽtamorphoses d'un septennat. Edit. Grasset (1988).

(2) Naturaliste de grand talent et philosophe. Cf. Cyrille MONOD: Les carnets de ThŽodore Monod. Edit. Le PrŽ aux Clercs (1997)

(3) Cf. Michle COTTA: Les secrets d'une victoire. Edit. Flammarion (1995).

(3) Le taux de ch™mage est passŽ de 1974 ˆ 1993 de 2,8 ˆ 10,8 (soit 12,3% de la population active) alors que pour l'ensemble de la CommunautŽ europŽenne il passe de 2,8 ˆ 10,4. PhŽnomne gŽnŽral en Europe qui touche plus fortement les travailleurs les moins qualifiŽs et les jeunes. Cf. Alain MINC: La France de l'an 2000. Edit. Odile Jacob (1994).

(4) La paternitŽ de la formule est d'Alain MADELIN (in M. Cotta:  Carnets secrets de la prŽsidentielle mars 2001-mai 2002). Edit. Plon (2002).

(5) Ghislaine OTTENHEIMER: Le fiasco. Edit. Albin Michel (1996).

 

Note complŽmentaire :

Jacques DELORS s'expliquera sur son refus ˆ se prŽsenter ˆ l'Žlection prŽsidentielle par son impossibilitŽ ˆ associer son parti (Parti Socialiste) ˆ une partie des Centristes (dŽmocrates-chrŽtiens) lesquels partagent pourtant l'essentiel des orientations en matire sociale et europŽenne. Cette mŽthode appliquŽe au niveau europŽen lorsqu'il Žtait prŽsident de la Commission de Bruxelles, et qui avait pu faire avancer l'intŽgration europŽenne, ne lui est pas apparu transposable en France (1).

 

Note annexe:

(1) Jacques DELORS: Mes quatre vŽritŽs in "Le Nouvel Observateur" N¡2044 des 8-14/1/2004.

 

 

60 - Municipales des 11 et 18 Juin 1995

           

 

Elles prŽsentent un caractre inŽdit pour Banyuls, non par le fait qu'un maire soit candidat ˆ un troisime mandat (cas du docteur AndrŽ PARCƒ), mais par l'originalitŽ de l'une des listes s'opposant ˆ la rŽŽlection  du maire sortant, et les motivations du dŽbat Žlectoral. En effet depuis 1936 deux ou trois listes s'opposaient: communistes, socialistes, radicaux et droite.

Une autre caractŽristique rŽside dans la forte implantation et organisation Žlectorale de Jean RéDE, Žlu maire en mars 1983, et devenu conseiller gŽnŽral en mars 1985 et vice-prŽsident de cette assemblŽe dŽpartementale. RŽŽlu en mars 1989 avec 58,66% des suffrages exprimŽs il avait amŽliorŽ nettement son score de 1983 (+5,23%). A quelques mois des Žlections n'est-il pas donnŽ gagnant par les RG, et quelle personnalitŽ peut-elle lui tre opposŽe?

Divers ŽvŽnements vont cependant intervenir. Certains en cours de mandat, comme un endettement croissant liŽ ˆ des travaux et des dŽpenses de fonctionnement considŽrŽs comme "pharaoniques" par des contribuables banyulencs, d'autres liŽs ˆ des problmes comportementaux vis-ˆ-vis d'opposants ˆ certains projets, sans parler d'une position non consensuelle au sein du Conseil malgrŽ les maigres effectifs de "l'opposition".

L'implantation du super marchŽ Champion n'a pas crŽŽ l'enthousiasme parmi des commerants en juin 1990 (ce qui avait donnŽ lieu ˆ une manifestation avant son ouverture), cependant quelque peu oubliŽe depuis.

Mais c'est surtout en raison de ses diffŽrends avec plusieurs personnalitŽs qui lui sont proches qu'apparaissent des risques d'Žrosion de son Žlectorat (position du gŽnŽral Pierre GOUBARD, dŽmission de Guy BARNADES, diffŽrend avec la dynamique prŽsidente de l'Office du tourisme: Mme  POU (dite Marinou), cf. "L'IndŽpendant" du 2/3, puis in fine  avec Jean SOLANE)

La candidature de Pierre BECQUE d'origine et de famille banyulencque (avocat au barreau de Perpignan, UDF-Centre DŽmocrate, ancien conseiller municipal de Perpignan du fait d'un choix peu heureux sur la liste du RPR BARATE contre J.-P. ALDUY) constitue un choix judicieux. Il bŽnŽficie des soutiens de quelques membres du PS (la section locale Žtant totalement dŽliquescente depuis le dŽpart d'autres membres vers la tendance Chevnementiste, ou devenus attentistes), de modŽrŽs, d'anti-rŽdistes de toute obŽdience.

Une large liste d'union est tentŽe par P. BECQUE qui Žchouera faute d'entente pour les premires places (postes d'adjoints). Par rapport ˆ la liste de gauche de 1989 on y trouve trois candidats (A. MARIOTTI, A. SOLA et G. ROQUE), un revenant (F. LLAMBRICH) et un de l'ancienne liste de Rde: Guy BARNADES. On dŽnombre huit femmes.

La liste d'AndrŽ CENTéNE qui n'a pu s'intŽgrer ˆ la prŽcŽdente, comprend outre des reprŽsentants du Mouvement des Citoyens (L. ORIOL et P. MƒDINA), une reprŽsentante du PS, des chrŽtiens engagŽs dans le domaine social et treize jeunes femmes (la paritŽ avant l'heure). Le programme ŽditŽ sur papier glacŽ, avec photos des candidats incorporŽs, illustre les intentions de cette liste. Cette liste sera soutenue par la fŽdŽration dŽpartementale du Parti Socialiste (Cf. "L'IndŽpendant" du 29/5) et la FŽdŽration rŽgionale d'ERC, Esquerra republicana de Catalunya "L'IndŽpendant" du 7/6). Son leader (Žlu de la minoritŽ en 1989) s'est opposŽ ˆ J RéDE durant ces annŽes. Sa liste se retirera au soir du premier tour si elle n'est pas devant celle de P. BECQUE.

La liste de Jean RéDE est conforme pour l'essentiel ˆ celle de 1989 (soit 12 anciens sur 27), ˆ l'exception trs remarquŽe de Guy BARNADES, remplacŽ (mais sans la mme notoriŽtŽ) par son fils. Une curiositŽ cependant, la prŽsence dans cette liste d'un ancien secrŽtaire du É Parti Socialiste, et d'un É crypto-royaliste !

Mais comme toujours dans ce type d'Žlection, la personnalitŽ des candidats compte plus que les Žtiquettes politiques qu'on leur prte ˆ tort ou ˆ raison. De plus, la gestion municipale nŽcessite des rŽfŽrences de compŽtences techniques, de disponibilitŽ et d'ouverture d'esprit, qui ne vont pas obligatoirement de pair avec celles de l'adhŽsion ˆ un parti quel qu'il soit.

Le seul problme de la liste de P. BECQUE est le candidat lui-mme qui doit se faire conna”tre de nombreux Banyulencs, ceux du moins d'importation plus ou moins rŽcente, d'o une tournŽe des quartiers, sinon des popotes.

La campagne est simple, voire simpliste, puisque l'endettement de la commune est ce qu'il est. Les grands projets ne sont pas de mise puisqu'il faudra gŽrer et naviguer É au plus prs.

Le vent de la dette n'inquite cependant pas celui qui l'a provoquŽ. Si on l'accuse de sympathies brŽsiliennes pour des Žlecteurs d'au-delˆ de l'Atlantique Sud (et dont certains seront rayŽs des listes Žlectorales), c'est bien plut™t une politique ˆ la mexicaine qu'il convient d'Žvoquer. Qu'est-ce ˆ dire ? Que depuis NapolŽon III, le Mexique (et ses habitants si chers ˆ mon cÏur), s'est fait une spŽcialitŽ d'oublier que le remboursement des intŽrts de l'emprunt n'excluait pas celui duÉ capital investi!

C'est un É "halte au feu" qui se rŽpand tout au long de la campagne et dont les effets seront dŽvastateurs pour le candidat sortant, et sa vision d'un futur Banyuls rivalisant avec les sites touristiques les plus huppŽs de la C™te d'Azur. Mais existe-t-il encore une C™te d'Azur enchanteresse comme l'ont connue ceux qui l'ont parcourue il y a quarante ans ! Mais y a-t-il compatibilitŽ entre une urbanisation galopante et une attraction pour les mmes sites gŽographiques.

Enfin, dans ce type d'Žlection, chacun voit midi ˆ sa porte ou sa boutique, et en fonction de ses revenus prŽsents et ˆ venir.

Dans sa profession de foi Jean RéDE souligne (fort justement) les Žpreuves climatiques auxquelles il a eu ˆ faire face ˆ trois reprises (neige en 1985, incendies l'ŽtŽ 1986, inondations en 1987), ainsi que son r™le en ce qui concerne la maison de retraite Vincent AzŽma et le Centre HŽliomarin (le fonctionnement de ce dernier cautionnŽ financirement par la Commune). Son dŽvouement personnel comme ses efforts en faveur des emplois dans la Commune ne sont pas discutables. Certaines modalitŽs de gestion sont cependant critiquŽes par ses adversaires, exposŽes dans la presse locale ou lors de rŽunions publiques (maison de retraite V. AzŽma, endettement de la Commune de plus de deux fois la moyenne nationale).

 

Calcul prŽdictif:

 

Si l'on se rŽfre ˆ la LŽgislative de 1993 (toujours dans les mŽmoires ˆ cause de la triste affaire MadrŽnas), J. RéDE avait atteint 1424 voix, l'UDF: 186, le FN: 199 et un indŽpendant (CLOSTERMANN): 72.

Du fait de la candidature de P. BECQUE (UDF), J. RéDE ne pourra bŽnŽficier de toutes ces voix, et par consŽquent atteindre le score de 1846 voix (municipales prŽcŽdentes), il  peut en gagner prs de 150, soit un capital de 1500 voix ds le 1er tour.

Plus difficile est d'estimer les voix de la liste de P. BECQUE qui associe des "socialistes" et modŽrŽs, des anciens "rŽdistes", et de nouveaux Žlecteurs : soit un potentiel d'un millier de voix.

Il en est de mme pour la liste d'A. CENTéNE qui devrait comprendre des divers gauche, des Žcologistes, la majoritŽ des communistes, de jeunes Žlecteurs, quelques centristes, soit un potentiel minimum de 530 voix.

Par rapport ˆ ces potentiels de voix (estimŽs ˆ partir des municipales de 1989 et des PrŽsidentielles d'avril 1995) il convient de noter que le pourcentage des abstentions est toujours infŽrieur lors de municipales: 15,5 ± 1%. Il demeure donc une rŽserve de 200 voix ˆ rŽpartir entre les trois listes.

Notons que ces calculs prŽdictifs, rŽalisŽs bien avant l'Žlection, sont effectuŽs sans conna”tre le nombre exact des inscrits ˆ la date du vote. 

 

RŽsultats (1er tour):

 

Inscrits:               3947

Abstentions:          567  (14,37%)

Votants:              3380  (85,63%)

Blancs ou Nuls:      59  (  1,75%)

ExprimŽs:           3321  (84,14%)

Liste "Pour Banyuls ensemble et autrement" (AndrŽ CENTéNE): 659 (19,84%)

Liste "S' Unir pour Banyuls" (Pierre BECQUE): 1146 (34,51%)

Liste "Banyuls notre village" (Jean RéDE): 1516 (45,65%)

 

On note que J. RéDE ne cumule pas l'ensemble des voix de droite des prŽsidentielles (1730 voix), soit une perte de 214 voix correspondant sans doute ˆ l'UDF.

P. BECQUE totalise outre ces 214 voix, celles obtenues en grande partie par JOSPIN (782), plus une centaine de voix provenant de nouveaux Žlecteurs et une cinquantaine de voix ex-rŽdistes.

A. CENTéNE totalise l'ensemble des voix de gauche, d'Žcologistes, de communistes: 529, plus une centaine de voix (nouveaux jeunes Žlecteurs et quelques voix centristes).

 

Pour le second tour la liste CENTéNE se retire purement et simplement (bien qu'il dispose de plus de 10% des suffrages exprimŽs), tout en appelant ˆ voter contre RéDE. Il est Žvident que le plus large report se fera en faveur de la liste de P. BECQUE, soit pour ce dernier un total potentiel de 1800 voix, alors que J. RéDE ne peut progresser qu'en fonction d'une moindre abstention qui ne peut tre que trs faible.  

RŽsultats (2 me tour):

 

Inscrits: 3947

Abstentions: 437  (11,07%)

Votants: 3510 (88,93%)

Blancs ou Nuls: 88 (2,51%)

ExprimŽs: 3422 (86,70%)

Liste Jean Rde:       1621 (47,37%)

Liste Pierre Becque: 1801 (52,63%)

           

Remarques:

 

Le nombre des nouveaux Žlecteurs est de +130, celui des blancs et nuls s'est accru de +29. Un examen des listes d'Žmargements montre que 351 inscrits se sont abstenus aux deux tours (soit 8,89% des inscrits); 69 sont venus au 1er tour mais non au second et 200 au second mais non au 1er tour (notons que ces nombres ne sont pas tout ˆ fait exacts puisqu'il manque malheureusement  dans les archives municipales 10 feuillets d'environ 10 inscrits par feuille, soit environ 100 inscrits)

La liste de P. BECQUE gagne 655 voix, soit apparemment la presque totalitŽ de la liste d'A. CENTéNE (moins des voix parmi les 29 blancs & nuls et des 69 non revenus au second tour, soit lŽgrement supŽrieure ˆ la centaine). Il gagne donc environ une centaine des voix venues seulement au second tour.

La liste de J. RéDE gagne 105 voix (soit environ 50% des nouveaux Žlecteurs du second tour).

 

Calcul des siges obtenus : S.E.: 3422.

 

La liste de BECQUE a la majoritŽ absolue des SE et obtient donc la moitiŽ des siges (arrondis ˆ l'entier supŽrieur), soit 14 siges.

Les autres siges (13) sont rŽpartis ˆ la reprŽsentation proportionnelle ˆ la plus forte moyenne. Le nombre des SE Žtant de 3422; le quotient Žlectoral est de 3422/13 = 263.

La liste BECQUE obtient 1801/263 = 6,85, soit 6 siges.

La liste RéDE obtient 1621/263 = 6,16, soit 6 siges.

Il n'est pas tenu compte des dŽcimales. Il reste donc un sige ˆ attribuer.

Les moyennes des listes sont:

Liste BECQUE: 1801/ (6 +1) = 257

Liste RéDE: 1621/ (6 +1) = 231

La plus forte moyenne est celle de la liste BECQUE, qui obtient donc le dernier sige.

Au total la liste de P. BECQUE dispose de 21 siges et J. RéDE 6.

A la suite de l'Žlection du maire P. BECQUE, les adjoints Žlus sont les suivants:

  1 er adjoint: Guy BARNADES

  2 me  -     : Marie-Franoise SAGOLS

  3 me  -     : AndrŽ MARIOTTI

  4 me  -     : Pierre RAPIDEL

  5 me  -     : Paul GARIDOU

  6 me  -     : Paule VOULAND CANDORAS

  7 me  -     : Jean BAILLS

  8 me  -     : Paulette FERRER HERRE

adjoint des Ecarts: Antoine SOLA

 

Remarques:

            Au plan national les pertes et les gains entre la gauche et la droite s'Žquilibrent. Mais la dŽfaite de la coalition RPR-UDF ˆ Paris au profit d'une alliance Verts-PS sanctionne le maire sortant Jean Tiberi, et la cacophonie dans la majoritŽ sortante. Cf. Philippe SƒGUIN: ItinŽraires. Edit. Seuil (2003, p.502 & suiv.). La victoire du Front national ˆ Toulon, Orange et Marignane montre l'enracinement de ce parti.

            L'adoption du budget par la nouvelle municipalitŽ de Banyuls se pose en terme simple: acceptation d'un fort accroissement des imp™ts (+30%) ou mise en tutelle par l'administration prŽfectorale. La premire solution sera retenue, choix (si l'on peut dire) plus technique que politique, mais il fallait bien payer, entre autre, la note de l'EDF!É comme d'autres factures.

<-Retour-Suite->