Synthse ( 1945 / 2002 )

 

8 - Les EuropŽennes (Annexe 7, fig.5) :

 

            Ces Žlections Žtaient prŽvues ˆ l'origine par le traitŽ de Rome (mars 1957). Les membres de cette assemblŽe (dont le sige est ˆ Strasbourg), initialement dŽsignŽs par les Parlements nationaux, doivent tre dŽsormais Žlus au scrutin de liste nationale. Cette disposition prend effet en 1979. La durŽe du mandat est de 5 ans.

            Cinq Žlections de ce type ont lieu de 1979 ˆ 1999.

            Les moyennes (m) et les Žcarts-types (E-t) ˆ Banyuls sont les suivants:

Abstentions: m =  46,26 %; E-t = 3,312. Blancs et nuls: m = 4,37 %; E-t = 1,28. Suffrages exprimŽs: m = 51,38 %; E-t = 3,14.

 

 

 

Ces Žlections prŽsentent le plus faible taux de participation, presque un Žlecteur sur deux se refusant ˆ voter pour quelque liste que ce soit, malgrŽ le grand nombre des partis qui prŽsentent des listes. On peut s'Žtonner de la faible rŽaction des hommes politiques face ˆ ces rŽsultats calamiteux. Un tel phŽnomne mesure avec exactitude la "dŽpolitisation" de nombre de nos concitoyens (due au manque d'autocritique des politiciens) aussi bien ˆ Banyuls qu'en mŽtropole pour lesquels les diffŽrences ne sont pas significatives.

            En mŽtropole on a : abstentions: m = 46,40 %; E-t = 5,46. Blancs et nuls: m = 4,6 %; E-t = 1,31. Suffrages exprimŽs: m = 51,23 %; E-t = 5,26.

            Plus grave peut-tre est l'Žvolution dans le temps puisque de 1979 ˆ 1999 l'accroissement des abstentions est pour la mŽtropole de +13,04 ! mais trs lŽgrement inverse ˆ Banyuls: - 3,51.

            DŽficit d'explications en amont et de compte rendu de mandats en aval expliquent en grande partie le dŽsintŽrt du corps Žlectoral pour une Žlection qui n'a, de toute faon, aucune consŽquence importante sur la politique nationale (sentiment ˆ tort ou ˆ raison largement partagŽ par nos concitoyens). 

 

Les partis communiste et socialiste ont prŽsentŽ des listes ˆ chaque Žlection.

Pour le PCF,  G. MARCHAIS (secrŽtaire gŽnŽral) a conduit la liste deux fois (1979 et 1984), puis P. HERZOG (1989), A. WURTZ (1994), R. HUE (secrŽtaire gŽnŽral) en 1999. On observe une dŽcroissance des suffrages exprimŽs en sa faveur de 1979 ˆ 1999, respectivement 26,79 %; 14,50 %; 7,88 %; 8,13 % et 6,74 % des S.E. La premire chute de prs de 50 % se manifeste en 1984, traduisant une perte d'Žlecteurs dŽus par la politique pratiquŽe par l'Union de la gauche depuis 1983 qui se rŽfugient sans doute plus dans l'abstention que vers les Žcologistes. Une seconde chute du mme ordre a lieu en 1989, elle est due ˆ un surcro”t d'abstentionnistes, et sans doute aussi ˆ l'amenuisement de la seconde gŽnŽration (votants de 1935 ˆ 1988), les "jeunes" de la gŽnŽration 3 Žtant moins attirŽs par les performances de l'URSS que leurs anciens. En 1994 la concurrence de l'extrme gauche et les prises de position du parti lors du rŽfŽrendum de Maastricht maintient juste le score prŽcŽdent. En 1999 le score s'effondre de nouveau en dŽpit, ou plut™t, ˆ cause de la politique de la gauche plurielle dans laquelle le parti pse insuffisamment.

Pour le Parti Socialiste F. MITTERRAND conduit la liste en 1979, puis L. JOSPIN (1984), L. FABIUS (1989), M. ROCARD (1994), F. HOLLANDE (1999). Les scores sont sensiblement identiques pour les quatre Žlections, respectivement 23,61 %; 26,31 %; 25,92 %, 23,44 %. Seule l'Žlection de ROCARD avec 13,66 % mesure le potentiel Žlectoral du seul PS puisque deux autres candidats (MDC et Radicaux de gauche) associŽ lors des autres Žlections lui Žtaient opposŽs.

La droite prŽsente des candidats d'union ou est divisŽe: bras de fer en 1979 entre l'UDF avec S. VEIL (23,25 %) et J. CHIRAC (15,58 %); union CDS, UDF, RPR en 1984 avec S. VEIL (36,87 %); dŽsunion de nouveau en 1989 avec la candidate des centristes: S. VEIL (5,92 %) et le candidat de l'UDF V. GISCARD d'ESTAING (27,28 %) associŽ au RPR; division de nouveau en 1994 avec D. BAUDIS (25,76 %) regroupant les centristes, l'UDF et le RPR opposŽs au Mouvement pour la France de P. de VILLIERS et C. PASQUA (13,03 %). De mme en 1999 o trois listes s'affrontent: les centristes avec F. BAYROU (8,65 %), le RPR avec N. SARKOZY (11,85 %) associŽ ˆ l'UDF, et le MPF de C. PASQUA (15,28 %).

En 1979, J. CHIRAC paie en partie son appel de Cochin (dŽcembre 1978), ses attaques vis-ˆ-vis du prŽsident de la RŽpublique (V. GISCARD D'ESTAING), et la dŽsunion de la droite au bŽnŽfice de l'UDR. L'union de la droite est payante en 1984, affaiblie par la liste VEIL (centriste) en 1989, par la liste MPF de DE VILLIERS en 1994 (qui prend un peu au RPR et au FN), trs affaiblie en 1999 par la prŽsence de deux listes: BAYROU (centriste) et PASQUA (MPF).

Si l'extrme gauche (L.O et L.C.R.) n'appara”t qu'en 1994 (2,14 %) elle progresse en 1999 (3,48 %) au dŽtriment du PCF.

Les Žcologistes font une apparition non nŽgligeable en 1984, mais ils sont divisŽs en deux tendances:  gauchiste (3,15 %), et plus indŽpendants des partis politiques (1,84 %). L'union rŽalisŽe en 1989 leur permet d'atteindre 8,97 % avec A. WAECHTER (tendance indŽpendante). Recul en 1994 avec la prŽsence de deux listes (Verts: 1,93 %; IndŽpendant avec B. LALONDE: 1,77 %). La tendance des Verts prŽdomine en 1999 avec D. COHN-BENDIT et D. VOYNET (6,96 %) tandis que A. WAECHTER n'obtient que 1,47 %, ancrant ainsi le mouvement Žcologiste ˆ gauche de la gauche.

L'application dans les faits des directives europŽennes, arrtŽes par la Commission de Bruxelles, fait Žmerger un nouveau mouvement trans-partis (CPNT: chasse-pche-nature et traditions) en 1989 qui progresse nettement ˆ chacune des Žlections (3,64 %; 5,16; 10,39). Type d'Žlection qui lui est particulirement favorable du fait de son programme bien ciblŽ et qui en fait le dŽfenseur de la subsidiaritŽ (ce qui sera parfaitement compris par le dŽputŽ PS de la circonscription de CŽret)

L'extrme droite reprŽsentŽe en 1979 par TIXIER-VIGNANCOUR ne recueille que 1,81 %, mais progresse brutalement sous la fŽrule fŽdŽrative de LE PEN en 1984 (12,18 %), il est vrai sur la peur de la victoire de MITTERRAND et de "l'Žpouvantail socialo-communiste". Progrs en 1989 (17,01 %) sur le thme de l'immigration. Tassement en 1994 (10,38 %) dž sans doute ˆ la prŽsence du candidat de droite DE VILLIERS. Nouveau recul en 1999 avec 8,26 % du fait de la crise et division interne du parti qui se scinde en lepŽnistes et mŽgretistes.

 

Le pays historiquement fortement centralisŽ, facteur efficace de planification et de redistribution du PIB est naturellement mal ˆ l'aise face aux autres membres de la CommunautŽ europŽenne de constitution plus rŽgionaliste (1).  Ce ne sont pas les autres, majoritaires dans l'ensemble europŽen, qui adopteront notre modle (services publics par exemple, organismes de recherche et UniversitŽ, Žconomie du type "ni-ni") mais l'inverse. Sans parler de la politique monŽtaire, dissociŽe d'une politique sociale volontariste encore dans les limbes, et encore moins d'une politique extŽrieure cohŽrente. Si chacun ou presque comprend l'intŽrt de la construction de l'Europe (limites exactes encore ˆ dŽfinir) les modalitŽs sont loin de faire l'unanimitŽ. Mais c'est surtout le principe mme de l'AssemblŽe europŽenne qui est contestŽ, comme le traduit le fait qu'un Franais sur deux refuse d'aller voter (2).

 

Notes annexes:

(1) D'o les efforts de dŽcentralisation qui devraient s'amplifier dans le futur (concept d'euro-rŽgion).

(2) Au cours d'une rŽunion publique avant les Žlections de 1979, l'auteur avait dŽveloppŽ la quasi-inutilitŽ de ce type d'assemblŽe dont je dŽfie quiconque de fournir le moindre compte rendu de mandat aux Žlecteurs. Notons Žgalement que les grands tournants de la politique europŽenne ne peuvent procŽder que des chefs de gouvernement qui nŽgocient les contenus des rapports des Commissions.

<-Retour-Suite->