Synthse ( 1945 / 2002 )

 

9 - Comparaison des participations Žlectorales entre Banyuls et la mŽtropole (Annexe 2):

 

            L'influence de la politique nationale sur l'Žlectorat local peut tre mesurŽe par une comparaison des taux de participation ˆ Banyuls et en mŽtropole, les votes blancs et nuls, et les suffrages exprimŽs, quels que soient les types d'Žlections. L'application des tests non paramŽtriques de Mann-Whitney montre que globalement les moyennes ne sont pas significativement diffŽrentes entre Banyuls et la mŽtropole (annexe 3). L'Žchantillon (Banyuls) n'est pas diffŽrent de la population mŽtropolitaine. Cependant d'une Žlection ˆ l'autre certaines diffŽrences ne sont pas nŽgligeables traduisant une spŽcificitŽ locale (historique et en fonction des personnalitŽs candidates).

            Les Žlections municipales et cantonales, trop liŽes aux personnalitŽs locales en prŽsence, ne seront pas prises en compte dans les calculs. Il en est de mme pour les rŽgionales (3 Žlections seulement entre 1986 et 1998).

            L'Žtude des corrŽlations mesure la relation existant  entre deux sŽries chronologiques (X1: Banyuls vs Y1:MŽtropole) correspondant aux abstentions (X1,Y1), aux votes blancs et nuls (X3,Y3) et aux suffrages exprimŽs (X4,Y4) pour toutes les Žlections (ˆ l'exception des seconds tours des lŽgislatives). On obtient:

            corrŽlation (X1,Y1) = 0,927

            corrŽlation (X3,Y3) = 0,856

            corrŽlation (X4,Y4) = 0,927

Les couples (X1,Y1) et (X4,Y4) sont proportionnellement identiques; le couple (X3,Y3) rŽvle une plus faible corrŽlation.

Une analyse plus fine de l'indice de corrŽlation des graphes de X1 vs Y1, puis X4 vs Y4, montre  pour les sŽries X1 et Y1 une forte disparitŽ dans les rŽsultats avant 1974 alors qu'aprs cette date les deux courbes semblent dŽpendantes. Il en est de mme pour X4 et Y4.

Si nous limitons l'Žtude aprs 1974 on obtient les corrŽlations suivantes:

            corrŽlation (X1,Y1) = 0,968

            corrŽlation (X3,Y3) = 0,851

corrŽlation (X4,Y4) = 0,970

D'aprs une Žtude rapide, les Žlections lŽgislatives comportent le plus de dispersions entre les variables X4 et Y4, notamment les lŽgislatives de 1967 et 1973. Si l'on supprime les lŽgislatives pour ne considŽrer que les Žlections ˆ caractre national (prŽsidentielles, rŽfŽrendums) on obtient:

                                              total             aprs 1974

corrŽlation (X1,Y1) = 0,962              0,987

corrŽlation (X3,Y3) = 0,888              0,945

corrŽlation (X4,Y4) = 0,964              0,988

corrŽlation (X2,Y2) = 0,962              0,987

 

On peut conclure que les variables X4 et Y4 sont fortement corrŽlŽes pour les Žlections nationales aprs 1974, et donc que le pourcentage des suffrages exprimŽs ˆ Banyuls est proportionnellement identique ˆ celui de la France.

 

Les RŽfŽrendums  (Annexe 3, fig.6) :

            Les abstentions sont plus fortes ˆ Banyuls qu'en mŽtropole (+4,90 en pour cent en plus). Les votes blancs et nuls sont lŽgrement plus ŽlevŽs en mŽtropole (+0,78) qu'ˆ Banyuls. Les diffŽrences  les plus faibles s'observent lors des rŽfŽrendums ˆ caractre constitutionnel (1945,1958, 2000) et les plus fortes en 1946 (second projet constitutionnel) et en 1972 (sur l'entrŽe de la Grande-Bretagne dans la CommunautŽ europŽenne). Les rŽfŽrendums concernant l'AlgŽrie (autodŽtermination et accords d'ƒvian) et l'Žlection du prŽsident au suffrage universel ont ŽtŽ plus mobilisateurs en mŽtropole qu'ˆ Banyuls (6 pour cent en plus d'abstentionnistes).

 

 

 

 

 

 

 

Les PrŽsidentielles (Annexe 4, figs.7 et 8) :

            Lors des premiers tours les abstentions sont supŽrieures ˆ Banyuls (+2,44) par rapport ˆ la mŽtropole, tandis que les bulletins blancs et nuls sont ˆ peine plus ŽlevŽs en mŽtropole (+0,25). Les plus fortes diffŽrences sont notŽes en 1969 (+6,29), 1974 (+5,83) et 1981 (+3). Lors des Žlections suivantes (1988, 1995, 2002) les diffŽrences observŽes ne sont pas significatives.

            Lors des seconds tours les diffŽrences sont significatives, mais faibles.

Les figures 7 et 8 donnent les pourcentages des suffrages exprimŽs (S.E).

 

 

 

 

 

 

 

 

L' Žlection des reprŽsentants ˆ l'AssemblŽe europŽenne (Annexe 5, fig.9) :

            Globalement les diffŽrences entre Banyuls et la mŽtropole sont peu significatives. Les abstentions sont lŽgrement supŽrieures en mŽtropole (+0,69). Les votes blancs et nuls sont plus ŽlevŽs en mŽtropole (+1,13). Les Žlections en 1979 et 1999 montrent les diffŽrences les plus fortes, mais inverses.

 

 

 

 

Les Žlections lŽgislatives (annexe 6, figs.10 et 11) :

Lors des premiers tours (sur un total de dix-sept Žlections) on observe une faible diffŽrence entre les donnŽes de Banyuls et celles de la mŽtropole. Les abstentions sont lŽgrement supŽrieures pour Banyuls (+1,65), tandis que les votes blancs et nuls sont supŽrieurs en mŽtropole (+ 0,29).

Les Žcarts les plus grands en ce qui concerne les abstentionnistes sont observŽs  ˆ Banyuls lors des Žlections de 1946 (+ 6,99), 1962 (+ 8,03), 1967 (+ 7,12), 1973 (+ 7,93), et pour la mŽtropole en1997 (+ 9,74).

Lors des seconds tours (sur un total de dix Žlections) les diffŽrences sont significatives entre les donnŽes de Banyuls et la mŽtropole (infŽrieures ˆ ± 0,50). Seules les abstentions des lŽgislatives de 1958 (+ 6,12), 1988 (+ 4,28) et 1997 (+ 7,85) sont supŽrieures en mŽtropole contre1973 (+ 7,52) pour Banyuls.

Les diffŽrences observŽes s'expliquent par la personnalitŽ des candidats en prŽsence et le contexte politique qui ont ŽtŽ ŽvoquŽs lors de l'analyse dŽtaillŽ de ces Žlections.

 Les figures 10 (lŽgislatives 1er tour) et 11 (2 me tour) montrent les pourcentages des suffrages exprimŽs (S.E)

 

 <-Retour-Suite->